Ouagadougou : Des badauds à la place de la Nation dans l’attente une déclaration de l’armée

Alors que des informations font état de l’arrestation du Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré dimanche nuit, des jeunes favorables à un probable coup de force de l’armée ont fait le déplacement ce lundi 24 janvier 2022 en milieu de matinée à la Place de la Nation pour apporter leur soutien à l’armée. 

La suite après cette publicité

Ce lundi matin, le centre-ville de Ouagadougou à tout l’air d’une ville morte. Beaucoup de services et boutiques sont restés fermés et la circulation d’habitude très dense est plutôt fluide. 

Lire également 👉Ouaga : Des jeunes manifestent leur soutien aux militaires postés à la RTB

Pendant ce temps, une centaine de badauds après avoir manifesté leur soutien aux militaires postés à la Maison de la Radio Télévision Nationale (RTB), font le pied de grue à la Place de la Nation. En attendant une déclaration officielle, ces jeunes appellent clairement l’armée à prendre ses responsabilités.

Parmi eux, on aperçoit des responsables du Mouvement sauvons le Faso et des militants du régime déchu de Blaise Compaoré, à l’image de Adama Tiendrébéogo alias le Colonel.

Adama Tiendrébéogo, dit Colonel: « Les militaires savent qu’ils doivent assumer leurs responsabilités »

Las d’attendre une déclaration officielle de l’armée, Adama Tiendrébéogo dit Colonel dit venir encourager l’armée à s’assumer :

« On attend que l’armée vienne nous dire exactement qu’est-ce qui se passe ? S’ils ont pris leurs responsabilités qu’ils nous disent officiellement. Ils savent qu’ils doivent assumer leurs responsabilités parce que le pays est en difficulté.

Au Mali, les militaires sont arrivés il y a juste un peu plus d’un an, mais les terroristes sont en train de fuir pour venir au Burkina Faso. Notre président est là il y a 7 ans et la situation n’a fait que s’empirer. C’est le chaos total. Il n’a pas assumé sa responsabilité.  Il a juré de protéger les Burkinabè, voilà les résultats. Nous sommes là pour encourager et féliciter l’armée ».

Ces jeunes mettent également la CEDEAO en garde contre une quelconque sanction à l’encontre du Burkina Faso, tandis que l’institution sous régionale vient de demander aux militaires de retourner dans les casernes. 

Maxime KABORE et Jules César KABORE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page