Littérature : « Des solutions simples pour lutter contre le terrorisme » à 10.000 FCFA

Zakaria Bandaogo a procédé à la dédicace de son livre intitulé «La Barque du destin» ce samedi 26 février 2022 à Ouagadougou. C’est une œuvre de 324 pages dont 10 chapitres et qui traite de plusieurs thématiques à savoir, l’insécurité, le terrorisme, le chômage des jeunes, la politique, la justice et l’entrepreneuriat.  

La suite après cette publicité

Pour l’auteur, son livre est une œuvre dramatique qui réunit la tragédie, le mélodrame et la didactique. Une œuvre qui dépeint les maux qui minent la société burkinabè aujourd’hui, en abordant les problèmes d’insécurité, de chômage des jeunes et de mal gouvernance.

La «Barque du destin» apostrophe aussi les hommes politiques, les jeunes et les opérateurs économiques en leur indiquant la voie à suivre. Bref, c’est une œuvre pluridisciplinaire qui décrit le régime pénitentiaire, en passant par le système éducatif, le besoin de justice, le modèle de démocratie, la religion jusqu’à la géopolitique. Ceci pour amener le lecteur à une introspection pour le réveil des peuples africains comme ceux du tiers-monde.

Zakaria Bandaogo, auteur du roman «La Barque du destin»

Zakaria Bandaogo, l’auteur du roman «La Barque du destin» a indiqué que l’ouvrage était censé paraître en 2020 avant la tenue des élections couplées de novembre. «Parce que j’ai voulu à travers cette œuvre apporter ma contribution pour le redressement de cette nation, et également des difficultés que rencontrent les autres nations de la sous-région pour qu’elles puissent s’inspirer des idées qui en sont contenues pour s’en sortir», a-t-il relevé.

Aussi, Zakaria Bandaogo avise qu’il voulait par ce livre tirer la sonnette d’alarme pour interpeller les dirigeants burkinabè pour un changement de cap afin de sortir le pays de la situation sécuritaire délétère qu’il connait depuis plus de 7 ans maintenant.

Il souligne que beaucoup d’événements que connaissent le pays actuellement étaient déjà abordés dans la «Barque du destin». « Quand je l’écrivais, je ne pouvais pas m’imaginer qu’un jour, on pouvait couper l’internet sur toute l’étendue du territoire. Je l’ai prédit dans le livre et ça s’est réalisé. Et lorsque ces événements ont commencé, je me suis dit mais j’ai peur parce qu’on est en train de commettre les erreurs prédites et les résultats sont imminents. C’est là où nous sommes présentement», a-t-il révélé.

Pour lui, son roman qu’il appelle un roman engagé se présente comme une œuvre prémonitoire. Car argue-t-il, beaucoup d’événements dont son œuvre aborde s’étaient déjà  accomplis avant sa sortie. Il a fait comprendre que son roman est comme un guide ou une référence pour ceux qui veulent apporter un destin radié au Burkina Faso.

«Ce livre vous indique comment faire le choix des ministres…»

«Vous avez la solution à tous les maux à tous les enjeux, les défis auxquels notre pays et les autres pays de la sous-région sont confrontés présentement, vous avez des solutions qui sont proposées dans cette œuvre», a-t-il annoté.

Zakaria Bandaogo affirme que son œuvre est complète, car elle traite tous les enjeux auxquels le Burkina Faso brave aujourd’hui. Le chômage des jeunes, l’insécurité, le terrorisme, la politique et l’entrepreneuriat.

«Ce livre vous indique comment faire le choix des ministres, vous indique quel est le chemin à suivre pour réconcilier les Burkinabè, il vous indique comment lutter contre la corruption pour pouvoir maintenir les fondements de notre nation. Il ne s’arrête pas là, ce livre vous apporte des solutions simples pour lutter contre le terrorisme», a-t-il laissé entendre.

Karfa Gnanou, agent judiciaire de l’État, parrain du livre a confié qu’il a associé son image à cette œuvre, parce que l’auteur prend position sur un certain nombre problèmes sociaux connus au Burkina et dans la sous-région ouest-africaine.

C’est un plaisir pour moi d’accompagner cette façon de dire les choses d’une manière engagée, a-t-il affirmé. La «Barque destin» est vendue à 10 000 FCFA et est disponible dans les bibliothèques à Ouagadougou comme à Bobo-Dioulasso.

En rappel, Zakaria Bandaogo est le promoteur du jeu Razball dont il a édicté lui-même les règles et procédé au lancement en juillet 2021.

Willy SAGBE

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page