Électricité : « Théoriquement, nous couvrons les besoins de la population cette année » (SONABEL)

Ce vendredi 1er avril 2022, la ministre de l’environnement, de l’Energie, de l’Eau et de l’Assainissement, Maminata Traoré/Coulibaly était à la centrale thermique de Kossodo, et au centre national de conduite. De ces visites, il était question pour elle de faire l’état des lieux mais aussi comprendre les besoins des agents sur le terrain. 

La suite après cette publicité
centrale thermique de Kossodo

« Vous savez que le problème énergétique est crucial au Burkina Faso, on a besoin de satisfaire la population, mais derrière aussi c’est un gros investissement pour pouvoir fournir cette énergie. Il était normal aujourd’hui de sortir pour voir l’état des lieux et comprendre comment le personnel se bat, de quel type d’équipement on a besoin pour pouvoir fournir l’énergie à la population.

J’ai pu voir la centrale thermique de Kossodo avec pas mal de groupes, avec des besoins de carburants qui s’élèvent à peu près à 100 millions de F CFA par jour. Ensuite, nous sommes passés au service de transport de cette énergie qui est produite sur l’ensemble des centrales solaires, thermiques et hydroélectriques.

Ce service se charge de rassembler toute cette énergie, de la travailler et de pouvoir la dispatcher au niveau des consommateurs », a expliqué la ministre de l’environnement, de l’Energie, de l’Eau et de l’Assainissement, Maminata Traoré/Coulibaly.

« Structurellement, nous n’avons pas de déficit »

« Nous ne sommes pas dans un déficit structurel cette année », a informé Baba Hamed Coulibaly, directeur général de la Société Nationale d’Electricité du Burkina (SONABEL). A l’entendre, il y aura moins de coupure d’électricité cette année, car la SONABEL  dispose d’assez d’énergies pour couvrir le besoin de la population. Cependant, il est resté tout de même méfiant en  faisant savoir que les délestages peuvent bien survenir avec cette période de pointe assez difficile à gérer.

« Ça serait risqué de dire qu’il n’y aura pas de délestage. Ce que nous pouvons dire c’est que théoriquement, nous couvrons les besoins de la population cette année. Mais, vous savez, notre marge est limitée.

Il y a certains aléas qui peuvent donc causer des déficits au moment de la pointe. Par exemple, on a une marge très faible qui fait que si l’on perd par exemple des grandes sources d’énergies, on peut rapidement se trouver dans  un déficit d’énergie sinon structurellement nous n’avons pas de déficit, et vous voyez jusque-là qu’il n’y a pas d’interruption de la clientèle liée à un manque d’électricité. Tout ce qu’on espère c’est de pouvoir tenir comme cela le plus longtemps possible », a-t-il révélé.

Avant de terminer, Baba Hamed Coulibaly a affirmé que son département a constamment besoin d’investissement, car suite à la visite de la centrale thermique de Kossodo, il y avait des équipements qui étaient amortis ; le besoin d’installer de nouveaux postes s’impose donc…

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page