Éducation dans les Hauts-Bassins : Le MENAPLN fait l’étude de la situation

Faible taux de scolarisation dans le préscolaire, insuffisance d’infrastructures dans les CEB, retard de paiement de la subvention de l’Etat aux promoteurs privés et fermeture de trois salles de classe pour raison d’insécurité, le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo, s’est imprégné des difficultés rencontrées par les acteurs éducatifs de la région des hauts-Bassins à travers une rencontre de travail organisée le lundi 9 mai 2022 à Bobo-Dioulasso. 

La suite après cette publicité

Appréciant à sa « juste valeur » la venue du Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo, le Directeur régional de l’éducation préscolaire et non formelle des Hauts-Bassins Yacouba Sanogo nourrit l’espoir que cette rencontre permettra au ministre de « prendre à bras-le-corps les problèmes » qui échappent au pouvoir de résolution des acteurs régionaux.

Notamment ceux liés à l’insuffisance des infrastructures et au faible taux d’accès à l’éducation préscolaire. « Nous enregistrons beaucoup de logements de Circonscription d’éducation de base (CEB) dans des bâtiments d’emprunt, une quinzaine d’autres dans des abris précaires et beaucoup d’écoles sous paillottes dont une trentaine recensée uniquement dans la CEB de Djigouéra », confie-t-il.

Yacouba SANOGO, Directeur régional de l’éducation préscolaire et non formelle des Hauts-Bassins

Un taux de préscolarisation de 6,5%

Le DR indique que les difficultés commencent à partir du premier niveau de l’éducation par une absence d’établissement public dans le préscolaire et des coûts de prestations élevés au niveau des privés. D’où le faible taux de préscolarisation de 6,5% en 2022 ; une situation qui menace l’atteinte de l’objectif de 30% de préscolarisation en 2025.

En plus de ces problèmes bien connus du ministère, une nouvelle épine s’est greffée aux pieds des acteurs éducatifs. Il s’agit de la fermeture de trois établissements scolaires pour raison d’insécurité. Précisément les écoles de Sindorla et de Tina dans la CEB de Morlaba et celle de Loungo dans la CEB de Dandé. Face à ce problème, le DR dit avoir pris des dispositions adéquates pour assurer la continuité éducative.

Des arriérés de huit ans

A cette « prise de contact » avec le ministre, le coordonnateur régional de l’Union nationale des établissements d’enseignement laïcs, Aboubacar Koïta, évoque des difficultés de recouvrement. « Notre problème réel, c’est le grand retard du paiement des frais de scolarité des élèves affectés par l’Etat dans les établissements d’enseignement privé.

Dans les Hauts-Bassins, l’Etat doit plus de 1.250.000.000 de francs CFA aux promoteurs éducatifs. Selon les clauses de la convention, la subvention doit être honorée au mois de mars. Mais le ministre lui-même a reconnu avoir trouvé des échéances allant jusqu’à huit ans », affirme le fondateur du Complexe scolaire « Le Savoir ».

Vue des participants

Encadré : Faire de l’école un instrument de lutte contre la radicalisation

Le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales Lionel Bilgo

« Nous allons passer en revue les difficultés que rencontre le système éducatif dans la région. Nous allons aborder également les grands défis, imminemment les examens à venir et imaginer ce qu’on veut faire ensemble pour améliorer le système éducatif. A la sortie de cette rencontre, j’attends que nous trouvions des solutions aux difficultés qui seront évoquées.

Que nous puissions ensemble innover, que nous puissions réfléchir pour non seulement renforcer le capital humain mais aussi améliorer le dispositif. Nous sommes à une période où l’insécurité gagne du terrain. Et nous verrons comment faire pour maintenir un système éducatif performant. Et aussi comment utiliser ce même système éducatif pour prévenir l’entrée d’éventuels élèves dans le cercle des terroristes ». 

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page