Les acteurs de l’Appel de Manéga prêchent la réconciliation à l’UPO

L’Appel de Manéga et le bureau des étudiants de l’Université Privée de Ouagadougou (UPO), ont organisé un panel autour de la réconciliation et la paix ce jeudi 30 juin 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Des moments d’échange entre les acteurs de l’Appel de Manéga et les étudiants de l’université privée de Ouagadougou ont eu lieu sur le thème « La Réconciliation comme solution à la crise multidimensionnelle et la rupture de paix au Burkina Faso : les solutions du droit et des juristes, des jeunes, des acteurs socioculturels, des intellectuels et des médias … ».

Pour Lookmann Sawadogo, secrétaire général de l’Appel de Manéga, l’initiative correspond à la démarche de la structure de se rapprocher des universitaires pour faire passer le message de la réconciliation.

« Notre démarche correspond à clarifier les choses sur la réconciliation et à engager les jeunes à comprendre, et à mieux être des jeunes qui vont prendre en charge cette question que d’écouter les propos qui ne sont pas forcément réalistes des hommes politiques ou des acteurs qui le font à dessein.

 Mais c’était de donner la vraie information et les motiver à prendre en compte cette question qui est  nationale, qui est une question qui pose le problème et du présent et du passé mais beaucoup plus de l’avenir », a-t-il expliqué.

Lookmann Sawadogo, secrétaire général de l’Appel de Manéga

En plus du secrétaire général de l’Appel de Manéga, plusieurs spécialistes de divers domaines ont donné des communications sur leurs domaines respectifs. Youssef Ouédraogo, journaliste de profession a traité la part contributive des médias dans la réconciliation au Burkina Faso.

« Il y a des déchirures au sein des couches sociaux du Burkina »

A l’entendre, les médias doivent appuyer la consolidation des messages de réconciliation. Dramane Konaté, homme de culture, a quant à lui, étayé la part contributive de la culture pour la réconciliation. Le pan politique de la question a été abordé par Alexandre Sankara, homme politique et à Siaka Coulibaly, juridique d’aborder le sujet sous l’angle juridique.

Les étudiants de l’UPO comptent tirer profit de cette conférence. Et pour Sawadogo Kiougou, délégué général des étudiants de l’UPO, la réconciliation s’impose. « Il y a des déchirures au sein des couches sociales du Burkina. En tant que juriste, moi, je prends l’engagement d’œuvrer dans le sens de la réconciliation en essayant à ma manière d’être un agent de paix », lance-t-il.

Sawadogo Kiougou délégué général des étudiants de l’UPO

Tous les conférenciers trouvent un besoin d’aller vers la réconciliation afin de remuer avec la paix au Burkina Faso ; et la jeunesse « qui représente l’avenir doit incarner des valeurs de Renaissance et de refondation », selon Lookmann Sawadogo.

Akim KY 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page