Le Président Damiba mérite un carton rouge, selon le Groupe de renaissance

Pour la 2e fois, le Groupe de renaissance, une Organisation de la société civile (OSC) a tenu un point de presse, ce jeudi 30 juin 2022, à Ouagadougou. Pour cette fois, il était question pour ses membres de militer pour un renouveau inconditionnel du  Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Au regard  de la situation sociopolitique du Burkina Faso, le groupe de renaissance a jugé opportun de se prononcer sur la question. Ainsi, nombreux ont été les points touchés lors de cette rencontre.

Primo, la question sécuritaire qui fait l’actualité du Burkina Faso a été abordée par le groupe renaissance. A ce sujet, les membres du groupe de renaissance ont laissé entendre que les hommes forts du pays ayant pour prétexte de venir rehausser le volet sécuritaire du Burkina ont été un fiasco, à regarder l’évolution de la situation sécuritaire du pays.

« le Burkina Faso continue d’occuper tristement la 1ere place en termes de personnes déplacées internes dans la région du Liptako Gourma »

« C’est dans un contexte difficile et tragique qu’un pseudo sauveur est arrivé le 24 janvier 2022 avec la promesse démagogique d’effacer en 5 mois les pleurs des veuves, veufs et orphelins. Malheureusement, en constatant l’expiration de ce délai, le Burkina Faso continue d’occuper tristement la 1ere place en termes de personnes déplacées internes dans la région du Liptako Gourma (ndlr Mali, Burkina, Niger), selon la Croix-Rouge burkinabè », renseigne Cherif Coulibaly, membre du groupe de renaissance.

Secundo, le groupe de renaissance a évoqué la question de l’augmentation du coût de la vie qui fait couler beaucoup de salives ces derniers jours. A ce niveau, le groupe renaissance s’est indigné à ce propos : « face à l’augmentation perceptible du coût de la vie, le gouvernement du Premier ministre Albert Ouédraogo a apporté des subventions populistes portant essentiellement sur la réduction de quelques taxes (ndlr, douanes, impôts), en vue de soulager la souffrance des ménages.

Même si ces mesures peuvent être d’apparence salutaires dans l’immédiat, elles se retrouvent être non audacieuses et inefficaces sur le long terme puisque dénuées d’une capacité de pérennité et d’affranchissement », renchérit chérif Coulibaly.

« Le président Damiba mérite un carton rouge »

« Damiba n’est pas la personne idéale pour conduire cette transition », martèle Cherif Coulibaly. De son constat, le président Paul-Henri Sandaogo Damiba serait plus utile sur d’autres fronts. « Au regard de certains manquements, nous souhaitons qu’on puisse revoir le dispositif de la transition, c’est pour cela on parle de réaménagement du dispositif de la transition.

Donc, Damiba est un militaire talentueux, je pense qu’il peut être mieux employé par l’armée burkinabè. Nous demandons à ce qu’on revoie la structure même de la transition », lance Chérif Coulibaly.

Sodré Mohamed, membre du groupe de renaissance a déclaré que « le président Damiba mérite un carton rouge ». Il va plus loin en étayant sa déclaration en ces termes : « Dans un match de Football, quand on dit un carton rouge, tout le monde sait ce que ça veut dire. Il mérite un carton rouge ».

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page