Réconciliation nationale : Plus de 65 milliards de F CFA pour indemniser les victimes

Dans le cadre du processus de réconciliation en cours, le gouvernement a pu identifier en collaboration avec  le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’unité nationale divers dossiers qui nécessitent la recherche de solution susceptible de contribuer à guérir et à soulager les traumatismes et autres préjudices subis  par les victimes ou leurs ayants droit.

La suite après cette publicité

Le bilan provisoire des dossiers enregistrés par le HCRUN et le ministère en charge de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale fait état de plus de 5600 dossiers collectifs et 30 000 dossiers individuels de 1960 à 2015 dont plus de 179 pertes en vies humaines ; 543 dossiers des blessés ; 839 dossiers de destruction de biens individuels ; 71 dossiers de destruction de biens d’entreprises : plus de 28000 du fait de contentieux administratifs ; 282 dossiers de contentieux liés au foncier urbain.

A ces dossiers, s’ajoutent ceux des 7215 travailleurs déflatés de 1991 suite aux licenciements liés au programme d’ajustement structurel et ceux des 600 anciens étudiants de Cuba dénommés les orphelins de Sankara.

Le coûté global de réparation financière des cas déjà traités par le HCRUN à la date du 26 octobre 2021 est estimé à 65 740 623 886 francs CFA. Cette évaluation concerne principalement les dossiers de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, les dossiers du coup d’État manqué  de septembre 2015, les dossiers des conflits entre agriculteurs et éleveurs dans la région du sud ouest, les dossiers du contentieux administratif des 27 militaires condamnés pour motif de tentative de coup d’État en 1996.

Les indemnisations commenceront dans les jours à venir et se poursuivront progressivement sans interruption jusqu’à l’apurement des montants dus, a indiqué le ministre en charge de la réconciliation nationale, Yéro BOLY.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. Pauvre Burkina! Encore une autre manière de voler les maigres ressources d’un pays déjà agonisant pour se remplir les comptes et acheter des appartements dans les pays développés.
    Quel pays ? Quel peuple ?Dieu seul a de réponse à cette question.
    Quand à Burkina 24,vous refusez de publier les commentaires quand on dit la vérité,soit disant modération. Si on ne peut pas donner son envie sur un sujet, je ne vois pas le sens de vos écrits alors que c’est vous, la presse qui parlez toujours de liberté d’expression.ou bien vous prenez partie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page