Organisation BAC 2022 : Lionel Bilgo tire son chapeau à tous les acteurs

Le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo, a procédé à la fermeture de la dernière cantine des épreuves ce vendredi 08 juillet 2022 au groupe scolaire l’Académie de Ouagadougou, sis au quartier Karpala. Par cet acte, il a officiellement mis un terme au déroulement des différentes activités de la session 2022 du Baccalauréat. 

La suite après cette publicité

C’est à un acte inédit auquel l’on a assisté lorsque le ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo a déclaré « close l’organisation du Baccalauréat session 2022 ».

Lionel Bilgo
Lionel Bilgo, ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales.

L’objectif pour le ministre Lionel Bilgo, en procédant à un tel acte, « c’est de venir féliciter un jury, en particulier dans un établissement privé, pour ensuite encourager l’ensemble des acteurs du système éducatif sur l’organisation du Baccalauréat de cette année », a-t-il déclaré.

S’il a soutenu que « les examens se sont très bien passés globalement dans l’ensemble du territoire national burkinabè », il a également laissé entendre que l’organisation « a connu quelques écueils », notamment sur « la question du transfert de matériels, du logiciel d’organisation du Baccalauréat, la question du transfert de compétences, la question de communication entre les techniciens des deux ministères, etc. », a-t-il énuméré.

Les différentes difficultés constatées, si l’on en croit le propos du ministre, seront prises en compte pour de meilleures organisations du BAC. « Nous allons prendre en compte l’ensemble des difficultés qui ont été rencontrées. Nous allons nous mettre en comité pour réfléchir sur comment parfaire l’organisation de ces examens », a-t-il indiqué.

Session spéciale

Pour une première organisation de l’examen par son département, Lionel Bilgo a félicité l’ensemble des jurys, des établissements privés et publics, l’ensemble des acteurs du système éducatif burkinabè bref, tous ceux qui de manière lointaine ou de près se sont engagés à la réussite des examens et concours de cette année.

Sur la non-tenue d’une session spéciale cette année, le ministre de l’éducation nationale a avancé : « C’est un arbitrage qui a été fait par les techniciens du ministère de l’éducation nationale. Ça se fait et ça s’est déjà fait aussi par le passé et ça tient compte de l’ensemble des cours qui ont été dispensés, de l’ensemble des mesures parallèles qui ont été mises en place pour accueillir les enfants déplacés pour leur permettre de prendre part.

Ils ont été nombreux à prendre part à ces examens ; beaucoup ont eu un succès. C’est un ensemble d’éléments rassemblés par un comité technique de pilotage d’organisation des examens qui prend cette décision sur la base de données assez avérées et claires ». 

A l’heure actuelle, il est « prématuré » selon le ministre de communiquer un pourcentage au niveau national parce que « les compilations se poursuivent ». Il l’a toutefois estimé à ce stade à « près à 30% ».

André Eugène Ilboudo
André Eugène Ilboudo, fondateur du groupe scolaire l’Académie.

André Eugène Ilboudo, fondateur du groupe scolaire l’Académie a, au nom de tous ses confrères chefs d’établissements privés, remercié le ministre pour « la marque de sympathie » faite à un établissement privé. Il a souhaité que l’acte puisse se répéter au bonheur d’autres établissements privés, qui ne sont pas toujours mis à l’honneur en pareille circonstance.

Tambi Serge Pacôme ZONGO 

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page