La cause du Burkina Faso entendue à l’Union Africaine, à l’issue des concertations entre la Ministre ROUAMBA et le Président Faki

Son Excellence Madame Olivia R. ROUAMBA, Ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, a été reçue en audience au siège de l’Union africaine ce matin 12 juillet 2022, par Son Excellence Monsieur Moussa Faki MAHAMAT, Président de la Commission de l’Union africaine. 

La suite après cette publicité

A l’entame de échanges, le ministre ROUAMBA a fait au Président Faki , le point des négociations avec la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui ont permis à ce jour, de parvenir d’une part au choix d’un médiateur pour le Burkina Fao en la personne de S.E Monsieur Mahamadou Issoufou, ancien Président de la République du Niger et d’autre part à un « compromis dynamique » sur le délai de la transition, établi à vingt et quatre (24) mois pour compter du 1er juillet 2022. Elle s’est réjoui de ces résultats qui ont permis d’éviter de lourdes sanctions économiques au Burkina Faso.

Son excellence Madame Olivia R. ROUAMBA a ensuite évoqué les mesures prises pour lutter efficacement contre le terrorisme et l’extrémisme violent par la création de zones d’intérêt militaire, le recrutement de nouvelles forces de défense et de sécurité, les mécanismes de promotion de la cohésion sociale grâce au triptyque : désarmement-démobilisation- réinsertion des membres des groupes armés terroristes (G.A.T).

Elle a salué l’engagement de la CEDEAO à accompagner le Burkina Faso et plaider pour un soutien de l’Union africaine aux populations déplacées et pour une transition réussie au Burkina Faso.

En réaction, le Président la Commission de l’Union africaine a félicité Son excellence Madame Olivia R. ROUAMBA pour sa nomination en tant que Ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur et relevé l’importance que le Burkina Faso joue dans la construction de l’Organisation continentale depuis sa création. Il a indiqué que l’Union africaine est consciente des difficultés que le Burkina Faso traverse et des sacrifices que le peuple ainsi que les forces de défenses et de sécurité burkinabè consentent.

Il a également salué les initiatives de la CEDEAO qui concourent à la réalisation des objectifs de l’Union. Le Président la Commission de l’Union africaine s’est engagé à se rendre au Burkina Faso après la visite d’évaluation que le Commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité y effectuera courant août 2022.

Il a promis que l’Union africaine apportera son soutien au Burkina Faso aussi bien pour le renforcement des forces de défense et de sécurité, l’organisation des futures élections, la réconciliation, l’appui au secteur humanitaire et alimentaire et un accompagnement sur tout autre besoin qui pourrait contribuer à aider les populations et soutenir la transition pour un retour à une vie constitutionnelle normale.

En outre, il a estimé que le terrorisme et l’extrémisme violent sont aujourd’hui une préoccupation majeure pour les pays de la CEDEAO et l’impératif face au péril est de travailler en synergie pour trouver des solutions concertées et endogènes.

Les échanges entre les deux personnalités ont également porté sur certaines préoccupations liées la suspension du Burkina Faso des activités de l’Union africaine notamment les recrutements des citoyens burkinabè dans certains emplois techniques au sein de l’organisation et la participation des experts du Burkina Faso aux travaux de l’Union Africaine.

Sur la question de l’accès des Burkinabè aux emplois techniques, le Président de la Commission indique, il suggère que le Chargé d’affaires du Burkina Faso prenne attache avec le Bureau du Conseiller juridique pour avoir plus de précisions.

Quant à la participation des experts aux travaux des instances de l’Union africaine, le Président de la Commission estime que cela ne pourrait intervenir qu’après la levée des sanctions qui pèsent sur le Burkina Faso.

Les deux personnalités se sont quittées sur une perspective de collaboration mutuelle pour le retour de la paix et de l’ordre constitutionnel au Burkina Faso.

Amadou ARDHO DICKO
Attaché de Presse à l’Ambassade Mission Permanente du Burkina Faso à Addis-Abeba 

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page