Ouaga : Opération Mana-mana au marché Théâtre populaire

Après le lancement de l’opération mana-mana dans la région du centre le samedi 25 juin 2022, sur le site du monument des martyrs, c’est l’arrondissement n°1 précisément le marché de Théâtre populaire qui a accueilli l’opération de ce samedi 30 juillet 2022 juin 2022.  

La suite après cette publicité

L’assainissement des cadres de vie et de travail se poursuit à travers l’opération mana-mana lancée en avril dernier par les autorités du Burkina Faso. Dans ce sens, la région du centre a établi un chronogramme rotatif qui permettra de sillonner les 12 arrondissements et les 6 communes de la région.

Ce samedi, le marché de cycles Théâtre populaire situé dans l’arrondissement n°1 de Ouagadougou a connu un grand coup de balai avec la présence du gouverneur de la région, Abdoulaye Bassinga.

Abdoulaye Bassinga, gouverneur de la région du centre

« Nous allons faire le tour de tous les arrondissements. Ce que nous constatons aujourd’hui une mobilisation exceptionnelle qui nous donne une satisfaction de croire en la décision gouvernementale qu’il y a une véritable adhésion », a exprimé le gouverneur.

La satisfaction est donc au rendez-vous pour l’opération du jour qui a mobilisé une grande foule avec l’appui et l’implication des autorités administratives, coutumières, religieuses, des structures associatives, des commerçants, des habitants.

La délégation spéciale de l’arrondissement a fait savoir que le choix du site du marché de Théâtre populaire a été fait suite aux dénonciations des citoyens à travers les émissions interactives. Elle souhaitent pérenniser l’opération afin de garantir un cadre de vie saint aux populations.

Le gouverneur a saisi l’occasion pour sensibiliser les commerçants et habitants sur la nécessité de garder le site propre après l’opération en adoptant la culture de citoyenneté. C’est également la manifestation de la cohésion et du vivre ensemble de voir la mobilisation collective des différentes couches sociales et entités autour de l’opération selon Abdoulaye Bassinga.

Nikiema Rasmané dit Tomosman, coordinateur adjoint de l’environnement de l’arrondissement n°1

Pour Rasmané Nikiéma dit Tomosman, coordinateur adjoint de l’environnement de l’arrondissement, il y a de l’eau dans les rues de Ouagadougou sans que ce ne soit l’eau de pluie. Pour lui, il faut aller au-delà de la sensibilisation et sévir rigoureusement contre les pollueurs. « Ce que moi je veux demander après cette opération, à un moment, il faut que l’autorité prenne des mesures. Surtout les grands pollueurs, il faut des sanctions sévères.

 Leur faire payer 10.000 ou 24.000 francs comme sanction ne les dissuade pas. Mon voisin qui a plusieurs celibatoriums, je l’ai fait convoquer trois ou quatre fois. Il m’a dit qu’il préfère aller payer 24.000 francs que de vider « l’eau de toilette et latrines, ndlr » à 30.000 ou 40.000 francs chaque mois. 

Il y a des grands hôtels, des maquis et les celibatoriums, si tout le monde doit payer 10 000 alors qui va prendre la peine de se conformer à la loi ? L’opération est bien mais il faut responsabiliser chaque citoyen pour que ça puisse continuer. 

 Un autre exemple, il y a des gens qui disent qu’ils n’ont pas l’argent pour acheter une poubelle à 1 500 francs déposer à la porte, alors qu’ils ont Canal+ chez ceux dont le minimum c’est 5000 francs le mois. Il y a des familles avec 4 ou 5 antennes, c’est une question de solidarité », dénonce-t-il.

Akim KY

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page