Tennis : Joël Méda conserve son titre de champion

Le champion national de tennis est Joël Méda. Il a remporté ce samedi 6 aout 2022 le championnat national de tennis en écrasant son adversaire par 2 sets à 0.

La suite après cette publicité

Ce n’est plus un évènement, car depuis maintenant 4 années consécutives, il est et demeure le champion en tennis au Burkina Faso. Ce samedi 6 août, il a confirmé une fois de plus, qu’il est le maître de cette discipline au Burkina, et n’est pas prêt à partager du tout cette place qu’il occupe majestueusement.

Comme annoncé par l’arbitre central, trois matchs sont octroyés aux deux finalistes au cas où il y aurait égalité, pour trancher le vainqueur. Connaissant bien le talent de Joël Méda, à manier avec aisance sa raquette, il ne va pas faire rêver son éternel adversaire qui n’est autre que Namalyir Dabiré, qu’il a d’ailleurs dompté l’an passé. Déjà au 2e round, Joël Méda avait empoché son titre de champion national de tennis.

« A force de m’entrainer tous les jours, aujourd’hui ça m’a permis de remporter le championnat »

Fruit d’une bonne préparation, Joël Méda se dit satisfait de ce résultat, qui d’ailleurs n’était pas surprenant. « Je suis très content d’avoir gagné ce championnat, puisque je m’attendais déjà au championnat qui aura lieu, je me suis beaucoup entrainé, amélioré des détails que j’ai faits l’an passé et autres. Donc, à force de m’entrainer tous les jours, aujourd’hui ça m’a permis de remporter le championnat. Je suis content, je suis très heureux d’avoir gagné ce championnat », se réjouit le champion du tennis. 

Joël Méda, champion national du tennis

Pour le finaliste malheureux, Namalyir Dabiré, cette défaite est due en partie à son état pas très en forme. Bien qu’il ait forcé, les dieux du tennis ont été sans pitié.

« Je n’étais pas très en forme, je me suis dit que ça allait passer mais ça ne passait pas. Je suis resté à insister, insister je ne sentais pas mes jambes, je me sentais vraiment diminué physiquement. Je me suis entrainé suffisamment, mais souvent ça arrive au cours du match qu’on ne se sente pas très en forme, c’est ce qui m’est arrivé pendant le match », déplore le finaliste malheureux.

« On a assisté  à un grand math et à une très belle finale »

« On a assisté  à un grand math et à une très belle finale », lance Issouf Nacoulma, président de la Fédération Burkinabè de Tennis (FBT). A l’en croire, les prix ont été rehaussés, ce qui a d’une part motivé les participants.

« Le premier prix est de 300.000. C’était d’abord 200.000 il y a deux ans. L’année passée, c’était 250.000. Et cette année, 300.000 pour le champion. Le 2e prix tourne autour de 175.000 et le 3e prix 125.000 et le 4e prix 100.000 », renseigne Issouf Nacoulma.

Joël Méda recevant sa médaille et son trophée de champion de tennis

Plusieurs catégories, notamment, les juniors, les cadets, et les séniors, ont pris part à ce championnat national. Ainsi donc, les meilleurs de chaque catégorie ont reçu des trophées, des attestions, et bien d’autres lots.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page