Burkina Faso : L’UAS propose d’armer les populations, de relever le SMIG à 60 milles francs CFA, de supprimer l’IUTS sur les primes et indemnités

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) était en assemblée générale ce samedi 17 septembre 2022 à Ouagadougou. La situation nationale marquée par les crises sécuritaire et humanitaire, la vie chère, les atteintes aux libertés individuelles et collectives était à l’ordre du jour.

La suite après cette publicité

L’Unité d’Action Syndicale, après Koudougou, a tenu sa deuxième assemblée générale ce samedi 17 septembre 2022 à Ouagadougou. L’objectif de ce rassemblement était de présenter les actions que le mouvement a mené durant l’année et donner leur lecture sur la situation sécuritaire et ses corollaires tels que la vie chère et les mesures du gouvernement de la transition.

Les membres de l’UAS ont saisi l’occasion de cette grande réunion pour présenter une nouvelle plateforme revendicative de lutte qui sera adressée au gouvernement.

Une grande mobilisation
Une grande mobilisation

Guy Olivier Ouédraogo, secrétaire général de la Confédération syndicale burkinabè, a expliqué que cette plateforme revendicative de lutte comporte 20 points repartis en trois groupes. La sécurité des populations et leurs biens sur l’ensemble du territoire, la vie chère, le respect de l’élargissement des libertés démocratique et syndicales et la promotion du travail décent, sont les points qui ont été pris en compte.

« Impliquer les populations à la lutte contre le terrorisme par leur dotation en moyens de défense et leur formation, assurer la prise en charge effective des ayants droit des FDS et VDP victimes du terrorisme, améliorer la prime servie aux FDS et aux VDP, diminuer les prix des produits de grande consommation, renforcer le contrôle de la qualité et les prix de ces produits notamment en accroissant l’effectif des agents de contrôle avec une dotation conséquente et sanctionner les contrevenants.

Relever le SMIG à 60 milles francs CFA, revenir aux anciens prix des hydrocarbures en engageant un examen sérieux. Doter à temps les paysans d’intrants de qualité en quantité suffisante et à des prix accessibles pour l’ensemble des spéculations.

Supprimer l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé, du parapublic et du public et relayer l’abattement aux frais de chaque professionnel de 20 à 30% pour les catégories supérieures et de 25 à 70% pour les catégories inférieures. Respecter le droit de réunion et de manifestation sur la voie publique, … », sont entre autres les points que comporte la plateforme présentée par Guy Olivier Ouédraogo.

Pour Inoussa Nana, président du mois de l’UAS, cette plateforme revendicative de lutte a pour but d’attirer l’attention du gouvernement de la transition sur ce qui doit être fait en faveur des populations.

Inoussa Nana, président du mois de l’UAS
Inoussa Nana, président du mois de l’Unité d’Action Syndicale

« Il faudrait que le gouvernement puisse écouter les populations, réagir aux attentes des populations. Donc nous les interpellons pour qu’ils puissent accentuer la lutte et travailler davantage pour pouvoir soulager les populations », a interpellé Inoussa Nana, président du mois de l’UAS.

Il a par ailleurs ajouté que cette plateforme peut être revue car d’autres assemblées générales sont prévues se tenir dans les autres régions afin d’avoir l’approbation de tous les militants.

Flora KARAMBIRI

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page