Fonction Publique : Les « bras longs seront désormais courts », prévient « le général » Bassolma Bazié

Ce mardi 15 novembre 2022, le ministre d’État, ministre en charge de la fonction publique a, avec son équipe, dressé le bilan à mi-parcours de l’organisation des concours et examens, session 2022. C’était également l’occasion pour Bassolma Bazié de revenir sur les difficultés rencontrées dans l’organisation de cette session mais indiquer des mesures pour une meilleure organisation des prochains concours.

La suite après cette publicité

Le ministre Bassolma a farouchement réagi concernant le concours sur des mesures nouvelles qui n’a pas eu lieu cette année. « Dans le pays-là, je crois que le chef de l’État (capitaine Ibrahim Traoré, ndlr) l’a répété la fois passée devant les formations politiques, la responsabilité de tout un chacun de nous. Quand on arrête des djihadistes, on vérifie, on trouve que ce sont les gens qui ont fini l’Université et que dans l’interrogatoire, il dit que parce qu’il est dans un pays où tant que vous n’avez pas un bras long, vous ne pouvez pas avoir un concours de la fonction publique.

Si vous n’avez pas une entrée à quelque part, vous ne pouvez pas obtenir un dossier normalement. Et par conséquent, lui qui est de père cultivateur et de mère ménagère qui a peiné même pour avoir des diplômes même au niveau de l’Université, il constate que sur le terrain, il n’y a pas d’égalité. 

Il y a une violation flagrante de l’article 1 de la constitution de 2 juin 1991. S’il est assis, il se sent abandonner par l’État, par son pays. Mais quelqu’un qui vient lui demander, lui proposer quelque chose à la fin du mois en prenant une arme, il va partir », a-t-il déploré.

Et de poursuivre que, « quand on vient dans un système, on constate qu’on utilise des termes mesures nouvelles. Parce que Bassolma est ministre, il a la possibilité de constituer des dossiers de ses enfants, deux cousins, deux nièces, deux neveux, il introduit de par son poste, et puis on intègre dans la fonction publique. Mais au Burkina-là, qui n’est pas enfant de Bassolma ? Qui n’est pas la nièce de Bassolma ? Qui n’est pas le neveu de Bassolma ? Je dis, ceux qui estimaient avoir des bras longs, leurs bras longs seront désormais courts ».

Il a poursuivi que même si c’est son enfant qui veut intégrer la fonction publique, il devra faire comme tout le monde. « Si l’enfant de Bassolma veut faire un concours, il va s’aligner comme tout le monde, s’il n’a pas de niveau qu’il échoue. Parce que dans la fonction publique, on doit recruter de la graine patriotique bien formée pour servir l’État. Ce n’est pas un dépotoir », a-t-il soutenu.

Pour les ordinateurs volés, le ministère soutient que ce sont des ordinateurs volés avant même l’organisation de la session.

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. J’espère ce qui dis vas vraiment finir C’est pour cela je ne gagnais les concours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page