Komsilga : Les habitants de Garghin cotisent et arrangent leurs voies

publicite

Les habitants de Garghin, un quartier situé au Sud de Ouagadougou, relevant de la commune rurale de Komsilga, se sont organisés et ont cotisé pour aménager deux voies de leur quartier en bouchant les nids-de-poule causés par des eaux de pluie. Ce lundi 21 novembre 2022 marque le début des travaux. Les responsables ont profité de l’occasion pour présenter leur initiative.

La suite après cette publicité

L’initiative a vu le jour au mois de septembre dernier. Une contribution minimale de 10 000 FCFA par ménage avait été fixée. Les habitants qui se sont vite appropriés l’initiative, certains ont donné plus que ce qui a été demandé pour relever ce défi auquel fait face leur quartier.

À entendre les initiateurs, certains habitants du quartier ont même disponibilisé des moyens roulants (camions) pour permettre d’acquérir la terre. Et les contributions numéraires, selon leurs dires atteignent environ 4 millions et demi francs CFA.

Les deux voies couplées font 4 kilomètres de long qui pourront être ainsi aménagées grâce à l’effort des habitants du quartier. Toujours selon les promoteurs de l’initiative, ils ont reçu le soutien de certains habitants du quartier qui sont actuellement à l’extérieur du pays qui ont décidé de rejoindre l’initiative dès qu’ils ont eu écho.

Hassane Ouédraogo, coordonnateur des travaux d’aménagement de ces deux voies a signifié que cette initiative se veut citoyenne et apolitique. Elle est l’œuvre des habitants du quartier qui, après avoir remarqué qu’il y a une dégradation avancée de leurs voies les empêchant de vaquer tranquillement à leurs occupations ont décidé de faire quelque chose, a-t-il rassuré.

Hassane Ouédraogo, coordonnateur des travaux

«On a trouvé l’idée de cotiser et mettre des ressources ensemble pour essayer de faire venir des chargements de terre afin de combler les trous causés par les eaux de pluie sur nos voies», a-t-il indiqué.

À travers cette initiative, a-t-il ajouté, les habitants de Garghin veulent non seulement aménager leurs voies mais aussi renforcer la cohésion sociale autour des actions citoyennes comme celle-ci. «L’autre élément c’est de contribuer à notre façon à accompagner l’État dans son action quotidienne, parce qu’on sait que l’État ne peut pas tout faire. Il faut que les citoyens de leur côté se mobilisent pour accompagner l’État avec des actions citoyennes comme celle-ci », a-t-il ajouté.

Pour la mobilisation des ressources, Hassane Ouédraogo a fait comprendre qu’ils ont mis en place des dispositifs organisés qui s’appuient sur des sous-quartiers. «Le quartier est tellement vaste avec des sous-quartiers. Dans chaque sous-quartier, nous avons mis en place des petits groupes WhatsApp où des gens se connaissent entre riverains. Et nous avons pu identifier environ 8 sous-groupes en raison d’un par sous-quartier », a-t-il renseigné.

A l’avenant, il a signalé qu’à partir de ces groupes WhatsApp, ils ont désigné trois représentants avec lesquels, ils ont constitué un groupe WhatsApp directeur et ces derniers sont chargés de transmettre les messages qu’ils reçoivent de ce groupe au niveau des sous-groupes afin de mobiliser la population.

«Nous avons à cet effet élaborer un document pour une réfection complète de nos voies mais comme on n’a pas encore la possibilité d’aller jusqu’à ce niveau, nous sommes passés d’abord à cette première étape mais nous avons également pour des questions de communication fait du porte-à-porte, nous avons aussi des prospectus où nous avons des numéros des représentants de chaque sous-groupe parce que c’est difficile que quelqu’un donne son argent à une personne qu’il ne connait pas. Et ceci facilite les choses», a-t-il souligné.

Redevabilité oblige, chaque deux ou trois semaines, selon Hassane Ouédraogo, ils se rencontrent pour faire le point aux habitants du quartier sur ce qu’ils perçoivent.« Toutes les opérations nous ont permis de mobiliser un peu plus de 4 millions et demi de francs CFA, ce qui nous a permis d’acquérir la terre », a-t-il noté.

L’imam du quartier Mahamadi Sodré a, pour sa part salué cette initiative qui permet de combler les trous causés par les eaux de pluie et de faciliter ainsi la mobilité dans leur quartier.

Mahamadi Sodré, imam de Garghin

« La route est trop dégradée avec la saison pluvieuse et la circulation est vraiment compliquée. Nous avons des nids-de-poule et la boue. Avec l’entraide des habitants du quartier avec une cotisation numéraire, je pense que c’est une belle initiative pour la génération actuelle et future », a-t-il laissé entendre en déplorant le manque d’éclairage public dans le quartier bien qu’il soit électrifié.

Mme Nikiema est habitante de Garghin. Elle fait partie de l’initiative dont elle apprécie les résultats qui sont déjà engrangés. Toutefois, elle appelle l’État à soutenir leurs efforts pour mieux faire.

Mme Nikiema, habitante de Garghin

«Je demande aux autorités de nous aider à faire mieux que ça. Ça nous arrangerait beaucoup parce qu’en saison pluvieuse, la voie se dégrade fréquemment . S’ils nous mettent du goudron, ça nous soulagerait beaucoup», a-t-elle lancé.

Par ailleurs, les membres de cette initiative appellent les habitants du quartier à bien prendre soin de ces infrastructures et de continuer à les soutenir pour les travaux à venir.

publicite


publicite

Articles similaires

2 commentaires

  1. C’est ça le patriotisme. Loin des longs discours politiques et prêts aux problèmes avec action pour tous. Vive la société au Faso. Vive l’humanité au Faso. Que cette intelligence sociale soit un modèle à suivre.

  2. C’est une très bonne initiative, faut pas toujours attendre l’Etat. S’ils ne viennent pas les gens vont rester dans une situation inconfortable toute une vie ? Non

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page