Communication et culture : Jean Emmanuel Ouédraogo échange avec ses devanciers

Le ministre en charge de la communication et de la culture, Jean Emmanuel Ouédraogo a tenu une rencontre d’échanges avec ses prédécesseurs, anciens ministres de son département, ce mardi 29 novembre 2022 à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Baba Hama, Valérie Kaboré, Remis Fulgance Dandjinou, Alain Edouard Traoré, Philippe Sawadogo, Théophile Balima… sont entre autres les anciens ministres qui ont répondu présents à l’appel du nouveau ministre en charge de la culture et de la communication, Jean Emmanuel Ouédraogo, pour une prise de contact et des échanges.

Selon Théophile Balima, porte-parole des anciens ministres, leur présence en ce jour se voulait un cadre pour discuter sur leurs diverses expériences en tant qu’anciens ministres du même département. Mais aussi, faire des suggestions et donner des conseils à la nouvelle équipe, afin qu’elle puisse procurer de bons résultats. Il affirme qu’ils ont discuté sur plusieurs sujets d’actualité.

« Nous sommes actuellement en guerre et en période de guerre, l’information doit se traiter autrement mais sans pour autant céder à la désinformation. C’est assez complexe. Il y a des questions de régulation de l’espace médiatique. C’est indispensable dans une démocratie que les médias soient régulés, pas dans le sens de contrôlés. Il y a aussi la dimension culturelle ; vous savez que la culture est une ressource indispensable à la mise en œuvre d’une communication de rassemblement, de mobilisation. Tout ça, ce sont des aspects que nous avons abordés avec beaucoup d’engagement », a-t-il fait savoir.

Théophile Balima au milieu
Théophile Balima au milieu

Il confie que ce cadre d’échanges créé par le ministre a été plaisant pour eux, anciens ministres, en ajoutant qu’ils sont tous disponibles et disposés à accompagner le ministre tant que nécessaire.

« Nous sommes chacun à la disposition du ministre et de son équipe pour apporter des contributions. Un pays, c’est vrai il faut qu’il soit gouverné, mais la meilleure façon de gouverner, c’est de gouverner en s’ouvrant, en écoutant les uns et les autres et en faisant une bonne synthèse pour entreprendre des actions qui soient durables », a laissé entendre Théophile Balima.

Revenant sur la raison de cette rencontre, Jean Emmanuel Ouédraogo a expliqué que « les anciens sont comptables des acquis que nous avons au niveau du département et pour pouvoir éclairer le chemin sur lequel nous devons marcher, nous avons besoin de leurs avis, de leurs conseils et de leurs critiques. Je pense que ce sont des échanges fructueux que nous avons eus ce matin. Pour une prise de contact, cela s’est transformé en séance de travail et nous sommes contents de voir que cela augure de la disponibilité des anciens ministres à nous accompagner.

Cela est nécessaire aujourd’hui parce que nous sommes dans un contexte de guerre, tout est urgent mais nous devons prendre le temps de la réflexion en termes de communication, en termes de culture pour véritablement être au diapason des enjeux du moment. On est convaincu que c’est tous ensemble qu’on pourra relever le défi. Avec tous les citoyens mais et surtout avec nos anciens ».

Flora KARAMBIRI

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page