Manifestations pour le départ de la France du Burkina Faso: « Franchement notre seul intérêt, c’est que le Burkina reste debout » (Luc Hallade)

L’Ambassadeur de France Luc Hallade était chez le Premier ministre burkinabè Me Apollinaire Kyelem de Tambela pour parler des relations entre les deux pays ce mardi 29 novembre 2022.

La suite après cette publicité

« Je n’avais pas eu l’occasion de rencontrer le Premier ministre depuis sa prise du pouvoir. J’attendais qu’il ait un moment pour moi. J’ai eu cette occasion pour venir parler avec lui sur les questions qui préoccupent nos deux pays notamment la coopération militaire, civile, entre nos deux pays avec un dialogue très franc », ont d’abord été les premiers mots de Luc Hallade avant de s’attaquer aux questions essentielles de cette visite.

Concernant les manifestations demandant le départ de la France, l’ambassadeur s’est voulu catégorique en lançant : «  je n’ai pas l’intention de rentrer chez moi, peut-être pour les fêtes mais pas de manière définitive ».

Selon ses propos, « la  France reste tant que les autorités burkinabè le souhaiteraient. On a plus de 100 millions d’euro d’engagement par an et on ne va pas abandonner parce qu’on a subi des attaques. Évidemment si ça doit se renouveler, ça va commencer à devenir préoccupant, mais on compte sur la protection des autorités burkinabè pour que ça ne se renouvelle pas », a-t-il signifié.

Avant d’ajouter que : « On est toujours décidé à travailler avec le Burkina Faso, parce qu’on sait tous que le pays traverse une période difficile de son histoire, ça arrive dans tous les pays, ça nous est arrivé aussi. Il faut donc qu’on soit à ses côtés parce qu’on a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout. Pas seulement pour le Burkina mais pour toute la région. Donc on va continuer parce qu’on est persuadé que cette mission est importante. Ce que j’espère c’est, que les gens qui racontent des choses souvent fausses vont se calmer. Franchement notre seul intérêt c’est que le Burkina reste debout ».  

Dans la même lancée, il a persisté sur le fait qu’« aujourd’hui même, notre général qui commande les forces françaises au Sahel avait une rencontre avec le ministre de la défense et le chef d’Etat-major de l’armée pour faire le point de la coopération militaire, la manière dont les autorités souhaitent continuer. Tout ça est en discussion, on répondra aux demandes des autorités mais bien sûr qu’elle (coopération) va continuer ». 

Il faut rappeler que ces derniers temps les manifestations demandant le départ de la France au Burkina Faso se multiplient allant jusqu’aux saccages des représentations de celle-ci notamment son ambassade au Burkina.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. il faut chasser cette petite france parasite et néocoloniale de chez vous ! N’écoutez pas leur parole: ce ne sont que des menteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page