Le forum national des activistes féministes veut contrer les violences faites aux femmes et aux filles

La cérémonie d’ouverture du forum national des activistes, féministes et des organisations œuvrant dans le domaine des violences basées sur le genre au Burkina Faso s’est tenue ce jeudi 1er décembre 2022 à Ouagadougou. « Tous unis, l’activisme pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles » est le thème retenu pour cette édition.

La suite après cette publicité

L’ONG EngenderHealth a lancé ce jeudi 1er décembre le forum national des activistes féministes contre les violences basées sur le genre (VBG) au Burkina Faso.

La 32e édition des 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes au Burkina Faso est placée sous le thème « tous unis, l’activisme pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles ».

les participants
les participants

Pour Assetou Kaboré, secrétaire générale chargée de l’expédition des affaires courante au niveau du ministère en charge de la solidarité, représentant la ministre, ce thème est l’occasion pour les activistes et féministes d’agir.

« Ce thème nous interpelle à renouveler notre engagement à l’action et à développer des stratégies pour lutter contre les violences sur toutes ses formes à l’égard des femmes et qui constituent l’une des violations des droits humains les plus répandues dans le monde », a-t-elle déclaré.

Également, Assetou Kaboré estime que ce forum est une bonne initiative. Il permettra de remédier aux violences basées sur le genre. « Les violences basées sur le genre revêtent plusieurs formes, elles ne connaissent pas de catégorie sociale, de milieux de résidence, de couleur de la peau, donc c’est un phénomène qui est planétaire et voilà pourquoi il faut une synergie d’actions pour venir à bout de ce fléau », a-t-elle indiqué.

Assetou Kaboré, secrétaire générale chargée de l’expédition des affaires courante au niveau du ministère en charge de la solidarité, représentant la ministre
Assetou Kaboré, secrétaire générale chargée de l’expédition des affaires courante au niveau du ministère en charge de la solidarité, représentant la ministre

La violence basée sur le genre est une réalité au Burkina Faso. A cet effet, un projet dénommé « Ensemble » a été pensé et présenté lors de l’ouverture du forum.

Le projet « Ensemble » est une initiative régionale de lutte contre les violences basées sur le genre qui a été réfléchi par EngenderHealth qui sera mis en œuvre dans cinq pays de l’Afrique de l’ouest en plus du Burkina Faso de façon simultanée pendant sept ans. Ces pays sont entre autres le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Mali et la Guinée.

Son objectif est de développer des stratégies efficaces préventives mais aussi en matière de prise en charge des survivants de VBG dans ces cinq pays de l’Afrique de l’Ouest. Initiative de EngenderHealth, ce projet veut soutenir l’élimination des violences basées sur le genre, spécifiquement les femmes et les filles victimes de VBG au niveau de l’Afrique de l’ouest.

« Nous allons mener des activités co-créatives avec les organisations dirigées avec les femmes, et nous allons mettre les survivants des violences basées sur le genre au centre de cette intervention c’est-à-dire à côté du travail de prévention pour qu’il y ait moins de violence basée sur le genre », a laissé entendre Yvette Kaboré Ouédraogo, conseillère régionale sur les violences basées sur le genre pour la région Afrique de l’ouest et du centre de EngenderHealth.

Yvette Kaboré Ouédraogo, conseillère régionale sur les violences basées sur le genre pour la région Afrique de l’ouest et du centre de EngenderHealth
Yvette Kaboré Ouédraogo, conseillère régionale sur les violences basées sur le genre pour la région Afrique de l’ouest et du centre de EngenderHealth

Selon elle, l’innovation de cette ONG est de trouver une issue heureuse aux survivantes et à leur famille. « Nous allons mettre en œuvre un mécanisme de réponse efficace multisectorielle pour apporter aux survivantes et à leurs familles un mieux-être et aussi de meilleures conditions de vies », a-t-elle soutenu.

En rappel, la campagne des 16 jours d’activisme contre les VBG a débuté le 25 novembre et se tient jusqu’au 10 décembre 2022 sur le plan international.

Wendaabo Cathérine KOURAOGO

Pour Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page