Burkina Faso : Le SPONG justifie les sources de financements des ONG

Le Secrétariat permanent des Organisations Non Gouvernementales (SPONG) a animé un point de presse ce mercredi 18 janvier 2023 à Ouagadougou sur la contribution des organisations non gouvernementales, les associations de développement et fondations au développement au Burkina Faso. Ce point de presse vient à la suite d’une rencontre organisée par le SPONG avec ses membres afin de leur donner des orientations sur la conduite des opérations sur le terrain en cette période de crise sécuritaire, humanitaire et de transition politique.

La suite après cette publicité

Depuis plusieurs années maintenant, les ONG ont fortement contribué dans plusieurs secteurs au Burkina Faso comme l’éducation, la production agro-sylvo-pastorale, l’environnement, l’eau, l’assainissement, le travail, l’emploi, le commerce, les infrastructures de transport, etc.

Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du SPONG, a fait savoir que les réalisations au cours de la période 2017-2021 dans le domaine de l’éducation et de la formation sont assez importantes.

« 237 établissements scolaires et 932 salles de classe ont été construits et 949 centres d’alphabétisation ouverts. Aussi, 43 027 apprenants ont bénéficié du programme d’alphabétisation mis en œuvre. 429 047 parrainages, 34 071 enseignants ont été formés et 2 575 jeunes ont bénéficié d’une formation professionnelle », a-t-il cité.

Au niveau de la santé, il a confié que 61 centres de santé et de promotion sociale et 23 unités médicales ont été construits pour le bien-être des populations. 5 641 669 personnes ont bénéficié de prise en charge sanitaire, 184 946 agents de santé ont été formés et 8 648 358 personnes ont pris part à des séances de sensibilisation sur des questions de santé publique.

Selon ses explications toujours, le secteur de l’environnement, eau, et assainissement a connu la réalisation d’infrastructures hydrauliques et sanitaires, des séances de renforcement de capacités et des campagnes de reforestation sur la période de 2017-2021.

Durant la même période, selon lui, 1 464 137 personnes vulnérables ont bénéficié de prises en charge économique, vestimentaire, nutritionnelle et sanitaire. 19 148 producteurs et 1005 groupements ont aussi bénéficié de microcrédit, a-t-il ajouté. Le domaine agrosylvopastorale n’a pas été laissé en reste selon Sylvestre Tiemtoré.

« L’accompagnement des producteurs au cours de la période 2017-2021 dans le ce secteur a consisté d’une part à la réalisation de 7 594 fosses fumières, à l’aménagement de 25 987 ha de terre cultivable, à la formation de 387 998 producteurs et 515 groupements. D’autre part, 912 unités d’élevage ont été mises en place et 1 739 personnes ont bénéficié de bétail pour l’embouche », a-t-il fait ressortir.

Tous les chiffres cités plus haut témoignent du travail acharné que les ONG/AD et fondations ont réalisé sur le terrain. Les personnes déplacées internes et les personnes vulnérables ont fortement bénéficié des actions qui ont été menées. À entendre le coordonnateur du SPONG les ONG/AD et fondations en 2021 ont investi 179,61 milliards de F CFA.

Un investissement qui questionne les esprits quant à la source de financement des ONG/AD et fondations. Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du SPONG a à cet effet rassuré que les financements mobilisés par les ONG/AD et fondations proviennent de plusieurs sources allant des ressources propres aux ressources externes.

« Les ressources propres sont constituées des fonds provenant des sièges des ONG/AD et fondations à l’étranger, des cotisations des membres et des revenues issues de diverses activités menées au niveau national. Les ressources externes proviennent de divers partenaires comme l’Etat burkinabè, les bénéficiaires directs, les bailleurs bilatéraux et multilatéraux ainsi que les particuliers et entreprises privées. L’état apporte sa contribution aux ONG/AD et fondations sous forme de contrats d’exécution et d’exonérations fiscales et douanières », a-t-il révélé.

Pour terminer, le coordonnateur du SPONG a fait savoir que le secrétariat permanent des organisations non gouvernementales dans le cadre de ses missions a aussi entrepris des actions de contribution et de suivi depuis le coup d’État de Paul Henri Sandaogo Damiba et celui de Ibrahim Traoré.

Des actions qui, selon lui, se manifestent par la mise en place d’un comité pour le suivi de la transition, l’élaboration de la note contributive pour le MPSR 1, la contribution à l’élaboration de la charte de la transition, la contribution de l’adoption des politiques publiques : politiques nationales sur la sécurité…

Lire aussi 👉 SPONG : L’heure est au bilan pour les groupes thématiques

Flora KARAMBIRI

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. I believe majority of SPONG projects should be startups that may become self sufficient. Therefore they are of perpetual useful existence. Exception may be education. It should have world class modern curriculum that if maintained could timely lead to students easily becoming medical professionals or engineers or any support worker to those groups. Thereof personnel is created needed for timely building of comfortable world class modern living conditions under unstoppable accelerating Global Warming.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page