Burkina Faso : « De GAT (Groupes Armés Terroristes) à GANE (Groupes Armés Non Étatiques) » (Lionel Bilgo)

Ceci est une publication de l’ancien ministre en charge de l’éducation nationale (MENAPLN) du Burkina Faso, Lionel Bilgo, sur la situation sécuritaire. 

De GAT (Groupes Armés Terroristes) à GANE (Groupes Armés Non Étatiques)

La suite après cette publicité

Un autre danger dans le traitement de la crise sécuritaire au sahel est le changement brusque d’appellation des groupes armés qui font couler le sang à flot dans notre pays.

Très souvent pour perdre les Africains le système international densifie le champ lexical des maux du continent de manière à vous couper le souffle.

Quel autre qualificatif que le mot « terroriste » sied le plus pour les barbares qui endeuillent nos campagnes?

Groupe Armé Non Étatique est une forme de legitimisation ou de reconnaissance d’un groupe dont les revendications pourraient être acceptables et/ou négociables à la longue.

C’est surtout un pas vers une homologation des revendications (même celles non encore avérées: sessionisme…) qui ne dit pas son nom. Un ticket de soutiens ou une autorisation d’entrer en contact avec des organisations internationales avec les groupes terroristes sans que cela ne soit condamnable par leurs propres textes.

Il faut noter que les gouvernements successifs au BF (Burkina Faso) ont plusieurs fois reproché à certains organismes internationaux leurs accointances intentionnelles ou non intentionnelles avec certains groupes dits terroristes.

Un diplomate pour défendre ce changement de dénomination dans les textes des organismes, disait que ce sont des Burkinabè en majorité qui attaquent d’autres Burkinabè.

Bien! Mohamed Merah était bien Français quand il posait ses actes barbares contre d’autres Français mais il lui fut collé, avec juste raison, l’étiquette de terroriste?!

Il est important de maintenir le terme GAT pour éviter tout amalgame et toute confusion pouvant complexifier la lutte contre le terrorisme sur notre territoire.

Il n’y a pas pire terrorisme que la terreur que sèment les groupes armés dans notre pays. Ils ne peuvent être considérés comme un groupe armé non étatique (au même titre que la rébellion ivoirienne par exemple).

Lionel BILGO
18 janvier 2023 

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Personally I have always promoted calling terrorists by name terrorists nothing more in reference to name. Nothing more concerning name should be considered. What is important is their location, ability plus what it takes for us to timely neutralize them all. When we consider more our stupidity rules our action plus open us to worst kind of exploitation.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  2. -Groupe Armé Non-Étatique ?! C’est quoi ce truc encore ? Ce groupe non-Étatique est armé pour quoi ? Pour faire des câlins aux gens, ou les terroriser ? Quelle loi l’autorise à s’armer ?
    L’Etat a le monopole de la violence dans tout pays. Et cela via des groupes armés que sont l’armée nationale, la gendarmerie, la police, la douane, la garde nationale, les forestiers,…

    -Le peuple attend des solutions. Et qu’est-ce certains qui se disent de « l’élite » lui servent ? Depuis 2015, c’est sa contribution comme cela ? Pauvre Burkina…, avec des intellectuels comme ça, tu es vraiment dans la merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page