Préservation de la biodiversité au Burkina Faso : C’est parti pour la 3e édition du programme PAPBIO 

La 3e édition du programme PAPBIO se tiendra du 25 au 26 janvier 2023, à Ouagadougou. Le feu vert a été donné ce mercredi 25 janvier 2023, lors d’une cérémonie d’ouverture.

La suite après cette publicité

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Indicatif Régional (PIR) de MUnic européenne (UE) en Afrique de l’Ouest 2014-2020, il a été retenu, en concertation avec la CEDEAO et l’UEMOA, le « Programme d’appui à la préservation de la biodiversité et les écosystèmes fragiles, à la gouvernance régionale et au changement climatique en Afrique de l’Ouest (PAPBIO) », au terme d’une concertation menée dans 14 pays.

Des participants à la 3 édition du Programme PAPBIO

Ce programme vise, selon les premiers responsables à « examiner et valider les progrès réalisés dans la mise en œuvre technique et financière du programme ; présenter les planifications opérationnelles de l’année qui démarre;  informer les participants de l’état de mise en œuvre de quelques initiatives régionales majeures dédiées à l’aide à la décision informée en matière de conservation de la biodiversité, et formuler des recommandations en vue de renforcer l’efficacité de mise en œuvre du programme et optimiser les bénéfices à l’endroit des communautés ».

La 3e session du comité de suivi régional du PAPBIO qui  a ouvert ses portes en ce jour, a pour rôle essentiel d’examiner et de valider la mise en œuvre, ainsi que les progrès réalisés par le programme.  A entendre le Dr Jacques Somda, chef du programme de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), « le programme permet ainsi de renforcer l’adéquation entre les projets et les actions de terrain d’une part, et les attentes réelles des populations en matière de conservation des ressources naturelles et de développement socio-économique au niveau de la région d’autre part. A termes, ce suivi devrait permettre d’optimiser les bénéfices du programme au profit des bénéficiaires », a-t-il détaillé.

Dr Jacques Somda, chef du programme de l’Union International pour la Conservation de la Nature (UICN)

Pour terminer, le directeur général des Eaux et Forêts du Burkina Faso, représentant le ministre de l’environnement a, dans ses propos lancé un plaidoyer à l’égard des bailleurs de fonds, à travailler d’avantage pour que le projet aussi important soit-il, puisse profiter à tous.

« Dans cette perspective, nous encourageons les opérateurs de mise en œuvre du programme PAPBIO à renforcer davantage la collaboration avec les administrations de tutelle des aires protégées, ainsi que les communautés riveraines, pour la co-construction et l’implémentation de solutions endogènes innovantes dans un contexte de mutations socio-politiques récurrentes qu’il nous faudra inéluctablement considérer à sa juste valeur »,  a-t-il conclu.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page