Lutte contre le VIH/SIDA : Le REGIPIV-BF invite les Hommes de médias à s’y pencher

publicite

Le réseau pour une plus grande implication des personnes infectées et affectées par le VIH/SIDA dans la lutte contre le VIH/SIDA au Burkina (REGIPIV-BF) a organisé un atelier de formation des Hommes de médias sur le VIH et la prise en charge pédiatrique les 27 et 28 novembre 2023, à Bobo-Dioulasso. 

La suite après cette publicité

Contribuer au renforcement des capacités des professionnels de médias pour une meilleure connaissance de la transmission du VIH, tel était le principal objectif de cet atelier, organisé par le REGIPIV-BF, à l’endroit des journalistes. Selon Mamadou Sawadogo, président du conseil d’administration du REGIPIV-BF, la lutte contre le VIH est contextuelle, et n’a pas les mêmes préoccupations d’il y a 30 ans.

Mamadou Sawadogo, président du conseil d’administration du REGIPIV-BF

« Aujourd’hui nous sommes dans une situation de guerre et on est dans une situation où  des enfants qui sont nés séropositifs, nés avec le VIH sont confrontés à un certain nombre de difficultés. Donc il y a nécessité que nous puissions rencontrer les Hommes de presse pour mettre à niveau un certain nombre d’informations. Naître avec le VIH n’est pas un choix ni un comportement, mais plutôt un fardeau pour les enfants nés avec le VIH », a-t-il dit.

Lire aussi 👉👉 VIH SIDA au Burkina Faso : 97 000 personnes infectées dont 56 000 femmes et 10 000 enfants

« Le SIDA est toujours d’actualité », rappel de Oumar Sanou, chef d’antenne régional du SPCNLS-IST des Hauts Bassins. Pour lui, il n’est pas bon de baisser la garde sur son traitement, si on n’est pas sans savoir que la prévalence du VIH est de 0,6% au Burkina.

« Quand vous regardez certains groupes cibles, certaines populations appelées populations clés, la prévalence est très élevée, c’est pour cela que la lutte soit ciblée, les  activités doivent être orientées au niveau de ces groupes cibles », a-t-il souhaité.

Oumar Sanou, chef d’antenne régional du SPCNLS-IST des Hauts Bassins

Le taux des jeunes et adolescents infectés n’est pas à négliger, ce qui a d’ailleurs prévalu la mise en place du projet transition. Ce projet consiste à accompagner les jeunes et adolescents vivant avec le VIH, notamment faire une transition vers la prise en charge adulte.

« Quand vous prenez ces jeunes, ils sont suivis par les parents et les amener dans les centres de prise en charge adulte, l’adaptation n’est pas facile, donc c’est de les accompagner, les aider à ce qu’ils fassent la transition sans problème pour qu’ils puissent se sentir et continuer le traitement », a étayé Oumar Sawadogo.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page