Droits humains au Burkina Faso : La CNDH prête à capaciter les parlementaires burkinabè

publicite

La Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) entend former les députés de l’Assemblée Législative de Transition(ALT) du Burkina Faso sur les questions des Droits Humains.

La suite après cette publicité

Reçue en audience ce mercredi 31 janvier 2024 par le Dr Ousmane Bougouma, président de l’Assemblée Législative de Transition (ALT) du Burkina Faso, Gonta Alida Henriette Da, présidente de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) a affirmé la volonté de son institution à capaciter les parlementaires sur les questions des droits humains dans le cadre d’une collaboration.

Mme Gonta Alida Henriette Da la présidente de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) et le Dr Ousmane Bougouma , président de l’ALT

Entourée d’une nouvelle équipe pour un mandat de 4 ans, Gonta Alida Henriette Da a donc décliné l’objectif de cette équipe à l’horizon 2027. « Par rapport à la vision de la commission pour ce nouveau mandat de 4 ans, est que d’ici 2027, les hommes et les femmes soient capacités pour exercer leurs droits humains dans un environnement propice.

Nous voulons informer, former et communiquer suffisamment sur des questions des droits humains. Au regard du contexte, nous sommes conscients que nous devons mener une grande campagne de sensibilisation pour déconstruire les préjugés en lien avec la question des droits humains. C’est bien de connaitre ces droits, mais c’est encore mieux de pouvoir les exercer dans un environnement propice », a-t-elle expliqué à sa sortie d’audience.

Audience de l’équipe de la CNDH avec le président de l’ALT

La CNDH entend alors collaborer avec l’instance législative afin d’apporter son expertise dans l’élaboration et l’adoption des différents textes en liens avec les droits humains.  « Ce que nous constatons sur le terrain, nous pouvons venir donner nos avis sur les différents textes qui sont adoptés. Et s’il y a des textes qui ne permettent pas de jouir vraiment des droits il est de notre devoir de pouvoir mener notre analyser et apporter des propositions de relecture ou même de nouvelles lois qui pourront bien s’harmoniser pour permettre au peuple burkinabè de jouir véritablement de ses droits », a indiqué  Gonta Alida Henriette Da.

Lire également 👉Droits humains au Burkina Faso : La CNDH se présente aux forces vives de la région du Plateau Central

Elle retourne satisfaite, car souligne-elle, « le président à affirmer sa disponibilité à mettre en place ce cadre de concertation entre la commission et l’ALT ».

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page