Capitaine Ibrahim Traoré : « Nous attendons cette force en attente » de la CEDEAO

publicite

À l’initiative de la coordination nationale de veille citoyenne patriotique (Wayiyan), le Chef de l’État, le Capitaine Ibrahim, s’est entretenu avec les forces vives du Burkina Faso venues des quatre coins du pays, ce samedi 17 février 2024, à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Dans un palais des sports de Ouaga 2000 plein à craquer, avec intercalaire au dehors, des couches sociales du Burkina Faso ont répondu présentes à l’appel de la coordination nationale de veille citoyenne patriotique (Wayiyan).

Une première rencontre officielle du Chef de l’État avec ceux qu’on appelle les Wayiyan, ces jeunes qui font de la veille citoyenne à travers le Burkina Faso. Un pari gagné pour les Wayiyan qui ont réussi à remplir l’une des plus grandes salles de la capitale burkinabè, le palais des sports de Ouaga 2000.

Ces derniers ont une fois de plus réaffirmé leur soutien indéfectible au capitaine Ibrahim Traoré, à son gouvernement et aux deux autres pays frères de l’AES à savoir le Mali et le Niger. Prenant la parole devant ces centaines d’âmes venues l’écouter, le capitaine Ibrahim Traoré a rendu hommage à ces jeunes (Wayiyan) pour leur mission de veille citoyenne.

Actualité oblige, le capitaine Ibrahim Traoré est donc revenu sur la décision des Etats de l’AES de sortir de la CEDEAO. Il a ainsi rappelé à l’assistance, la réaction de la CEDEAO qui voulait intervenir militairement au Niger pour rétablir le pouvoir du président Bazoum.

Lire aussi 👉🏿 Le Capitaine Ibrahim Traoré à l’écoute des forces vives de la Nation

« Nous étions surpris de voir la CEDEAO apparaître, je ne sais d’où avec une force en attente. Où était cette force lorsque les milliers et de milliers de Nigériens étaient tués par des terroristes ? Où était cette force, lorsque les milliers de Burkinabè et de Maliens mourraient sous les balles des terroristes (…) ? 

L’armée nigérienne est guerrière et combat depuis des années. Ce n’est pas une armée de défilé ou une armée de maintien de paix. Et les armées de l’AES ont décidé de s’unir. Nous attendons cette force en attente », a lancé le capitaine Ibrahim Traoré.

Pour lui, l’indépendance et la souveraineté tant rêvées, c’est maintenant qu’il faut travailler pour qu’elles soient une réalité. «Certains ont fermé leurs ports. Ce qui d’ailleurs va à l’encontre de tous les textes internationaux (…). Personne n’a parlé à la CEDEAO. Mais dans ces ports, nous ne faisons pas transiter nos marchandises gratuitement, nous payons », a-t-il déclaré.

Également, le capitaine Ibrahim Traoré a laissé entendre que «la CEDEAO n’a jamais fait un communiqué pour féliciter une victoire de nos armées (contre les terroristes, ndlr). Où est cette CEDEAO des peuples ? ». Et de poursuivre que «nous avons décidé en toute âme et conscience de nous retirer et de nous concentrer sur notre organisation qu’est l’AES».

Concernant certains pays de la sous-région qui ont interdit l’importation de certains produits de première nécessité au Burkina Faso, le capitaine Traoré a appelé les Burkinabè à ne pas avoir peur. Selon lui, le pays est capable d’assurer son autosuffisance alimentaire. Et il a confié qu’à l’expiration de cette décision, ils interdiront désormais l’entrée de ces produits sur le territoire burkinabè.

«Nous avons fait beaucoup d’expériences cette année. Et je peux vous assurer que sur le volet alimentaire, le Burkina peut être autosuffisant. Tout pousse au Burkina Faso. Et nous avons de braves paysans, nous mettrons tout en œuvre pour que nos paysans puissent labourer leurs terres et cultiver dignement. Et nous n’importerons plus (…).  

Si nous décidons aujourd’hui au Burkina Faso d’être dans 3 ans ou 5 ans premier exportateur de cacao, nous le serons parce que nous le pouvons. Je vous le dis et je vous répète que tout pousse au Burkina Faso. On nous avait menti », a-t-il assuré. Le chef de l’État a abordé d’autres sujets comme l’industrialisation où il a informé que plusieurs projets sont en cours pour 2024.

Willy SAGBE et Sié Frédéric Kambou

Burkina 24 

Écouter l’article
❤️ Invitation

Nous tenons à vous exprimer notre gratitude pour l'intérêt que vous portez à notre média. Vous pouvez désormais suivre notre chaîne WhatsApp en cliquant sur : Burkina 24 Suivre la chaine


Restez connectés pour toutes les dernières informations !

publicite


publicite

Articles similaires

2 commentaires

  1. Vous devriez traduire pour vos lecteurs cet aliéné de Kankan sans doute échappé d’un service psychiatrique hospitalier!
    Le président Traoré semble conscient de ce que le peuple burkinabé est capable de faire pour répondre aux besoins de la nation, en particulier en matière de production alimentaire, et a envisagé d’accéder aux marchés internationaux. Les Burkinabés sont autonomes pour satisfaire leurs besoins alimentaires.
    Le président Traoré a attiré notre attention sur les violations de la CEDEAO envers ses pays membres dans le but de suivre les ordres du président punk français de l’OTAN, Macron. Nous devons un traitement en nature à la CEDEAO pour un traitement similaire, mais si tel doit être le cas, ce sera notre choix. La proclamation de la CEDEAO sur la nécessité de respecter les statuts me rappelle une situation personnelle où le résultat ressemble beaucoup à celui que les pays de l’AES ont pris pour laisser l’organisation avoir des voies insensées. Dans mon cas, Prince Hall a violé aujourd’hui ses statuts qui me étaient favorables pendant plus de cinquante ans. Mon père, en tant que soldat, était membre de Prince Hall et, à un moment donné, il était quelque chose comme sergent d’armes. Je me souviens qu’il avait défié les Caucasiens qui maltraitaient les Négroïdes et avait interdit aux Négroïdes d’entrer dans ces entreprises, jusqu’à ce qu’un homme d’affaires caucasien ait accordé une compensation adéquate pour les mauvais traitements. Avec l’empoisonnement de Négroïdes en cours à Detroit, Michigan (États-Unis) par des commerçants arabes, ils « attraperaient l’enfer » de mon père ou, dans un an ou deux, feraient faillite à moins qu’ils ne blanchissent l’argent des drogues illégales. En tant que fils mineur d’un membre décédé de Prince Hall, je devais recevoir une considération que je n’ai jamais reçue. C’est leur règlement pour que je reçoive cette contrepartie, mais je ne l’ai pas reçue. En conséquence, certains connards de Prince Hall aimeraient que je tienne compte de leurs autres statuts en les traitant. Ne me fais pas rire. En ce qui me concerne, ils ont mis leurs enfants dans Bad Creek sans pagayer. Leurs statuts ne signifient rien pour moi et il est peu probable que je les prenne en considération. C’est tout à fait ainsi que l’AES devrait gérer la CEDEAO alors qu’il n’existe aucun contrat entre l’AES et la CEDEAO.
    Henry Auteur Price Jr alias Kankan

  2. President Traore appear conscious of what Burkinabe people are capable of doing to fulfill nation needs especially production of food plus have given consideration to entering international markets. Burkinabes are Self Reliant in fulfilling their food needs.
    President Traore have bought to our attention ECOWAS violating of it’s member nations for sake of following orders of NATO France punk President macron. We owe ECOWAS In Kind treatment for like treatment but if it is to be it will be of our choosing. ECOWAS proclamation of necessity of fulfilling bylaws bring to mind for me personal condition where outcome is much like AES nations have taken of to leave organization having foolish ways. In my case as of today Prince Hall violated it’s bylaws favorable to me for excess fifty years. My Dad as soldier was member of Prince Hall plus at some point was something like Sargeant of Arms. I recall him challenging those Caucasians who mistreated Negroids plus prohibiting Negroids from entering those businesses unto Caucasian businessperson gave due compensation for mistreatment. Withal poisoning going on in Detroit, Michigan (USA) of Negroids by Arab store owners they would « catch hell » from my Dad or in year or two be out of business unless they launder illegal drugs money. As juvenile son of deceased member of Prince Hall I was to receive consideration I never received. It is their bylaw for me to receive that consideration but I did not receive it. As result some assholes from Prince Hall would like for me to give their other bylaws consideration in dealing with them. Don’t make me laugh. They put their children up bad creek without paddle as far as I am of concern. Their bylaws do not mean anything to me plus unlikely to ever be given consideration by me. That is very much how AES should manage ECOWAS where no contract is of existence between AES plus ECOWAS.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page