Dr Smaïla Ouédraogo : « J’appelle les fabricants de cigarettes au Burkina à se conformer aux nouvelles dispositions »

3689 0

Ceci est un message du ministre burkinabè de la Santé, Dr Smaïla Ouédraogo, à l’occasion de la Journée mondiale sans tabac 2016.

Mesdames et Messieurs,

Le tabac est le seul produit au monde qui tue la moitié de ses consommateurs réguliers selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Chaque année, à l’échelle mondiale, la consommation de tabac provoque le décès d’environs 6 millions de personnes dont  600 000 décès par exposition à la fumée du tabac. 80% de ces décès ont été observés dans les pays à revenus moyen ou faible comme le Burkina. L’OMS estime à 2000 le nombre de décès attribuables au tabac chaque année au Burkina Faso.

La consommation des cigarettes est source de plusieurs maladies dont les plus importantes sont les maladies cardiovasculaires et les cancers. Chez la femme, le tabagisme est responsable d’une diminution de la fécondité, d’une augmentation des avortements spontanés, d’un faible poids du bébé à la naissance et d’une mortalité périnatale et néonatale plus importante.

Malheureusement, au Burkina Faso,  la consommation du tabac est de 19,8% au sein de la population de 25 à 64 ans[1]. Elle demeure un réel problème de santé publique. Les sujets jeunes de 25 à 34 ans de sexe masculin sont les plus touchés dans une proportion de 32,6%. L’attraction des paquets de cigarettes chez les plus jeunes est l’un des éléments favorisant la consommation des cigarettes dans notre pays.

Mesdames et Messieurs,

Le 31 mai de chaque année est consacré à la lutte contre le tabac par l’OMS et ses partenaires. Le thème de cette journée mondiale sans tabac est : « préparez-vous au conditionnement neutre des produits du tabac ».

Le conditionnement neutre standardisé désigne les mesures qui limitent ou interdisent l’utilisation de logos, de couleurs, d’images de marque ou de textes promotionnels sur les conditionnements hormis les noms de la marque et du produit imprimés en caractères normaux et dans une couleur standard.

Le conditionnement neutre est une importante mesure de réduction de la demande qui rend les produits du tabac moins attrayants, freine l’utilisation du conditionnement comme moyen de publicité et de promotion, limite les emballages et étiquetages trompeurs, et augmente l’efficacité des mises en garde sanitaires. L’utilisation des photos et des messages de mise en garde sur les emballages permettent de réduire le nombre d’enfants qui commencent à fumer et d’augmenter le nombre de fumeurs qui décident d’arrêter.

Mesdames et Messieurs,

La Journée mondiale sans tabac 2016 a pour but:

  • de souligner l’importance du conditionnement neutre dans une approche multisectorielle globale de la lutte antitabac;
  • de faciliter l’élaboration de politiques par les États Membres et la mondialisation du conditionnement neutre en fournissant des informations instructives, convaincantes et persuasives;
  • d’encourager les États Membres à renforcer les mesures portant sur le conditionnement et l’étiquetage, ainsi que les restrictions à la publicité, à la promotion et au parrainage;
  • de soutenir les États Membres et la société civile pour éviter l’ingérence de l’industrie du tabac dans les processus politiques aboutissant à l’adoption de lois sur le conditionnement neutre.

Pour être en phase avec les orientations mondiales, le Burkina Faso a pris un arrêté conjoint le 07 avril 2015 pour définir clairement les images à porter désormais sur les paquets, cartouches et cartons de cigarettes. Ces nouveaux emballages, depuis le 07 avril 2016, devaient être utilisés mais on constate malheureusement, qu’aucune industrie de tabac n’a respecté la mesure.

C’est pourquoi, en ce jour du 31 mai 2016, j’appelle :

  • les fabricants, importateurs et entreposeurs des cigarettes au Burkina Faso, à se conformer aux nouvelles dispositions prises par notre pays en matière de conditionnement et étiquetage des produits du tabac ;
  • le grand public à soutenir de façon efficace la lutte antitabac dans notre pays.

Dr Smaïla OUEDRAOGO


[1] rapport de l’enquête STEPS 2013

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Article du même genre