Renvoi d’Habré au Tchad: l’ONU appelle le Sénégal à ne pas renvoyer Hissène Habré

La suite après cette publicité

L'ex-président tchadien Hissène Habré à Dakar, le 25 novembre 2005

La Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Navi Pillay, a « exhorté » dimanche le Sénégal à « revoir sa décision » de renvoyer l’ex-président tchadien Hissène Habré dans son pays, prévenant que cette extradition pourrait constituer « une violation du droit international ».

« J’exhorte le gouvernement du Sénégal à revoir sa décision », a affirmé Pillay dans un communiqué.

« En tant que partie à la Convention contre la torture, le Sénégal ne peut extrader une personne vers un État où il y a des motifs sérieux de croire qu’il serait en danger d’être soumis à la torture », a-t-elle rappelé.

« En tout état de cause, le Sénégal devrait obtenir des garanties d’un procès équitable par les autorités tchadiennes avant toute extradition », a-t-elle ajouté. Mais « dans les circonstances actuelles dans lesquelles ces garanties ne sont pas encore en place, l’extradition de Hissène Habré pourrait constituer une violation du droit international », a insisté la chef des droits de l’homme de l’ONU.

publicite


publicite

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page