Insécurité: L’Afrique de l’Ouest en souffrance

1173 0
Goodluck Jonathan et Alassane Ouattara deux présidents dont les pays sont confrontés à l’insécurité.

A l’heure où la situation sécuritaire au Mali préoccupe, les attentats intervenus ce dimanche au centre du Nigéria rappellent combien l’insécurité prend du terrain en Afrique de l’Ouest et fait surtout craindre le pire de  possibles connexions entre les auteurs des actes d’extrémisme, de terreur et de violence.

L’insécurité serait le mal commun et le plus préoccupant qui ronge plusieurs pays de la sous-région, mais surtout ses géants. Aussi bien au Nigéria, avec Boko Haram, qu’en Côte d’Ivoire où des pro-Gbagbo multiplient les attaques pour déstabiliser le régime en place, l’insécurité gagne du terrain. Mais en face de cette situation commune à plusieurs pays, l’impression d’incapacité que donnent leurs dirigeants est elle aussi commune.

Alors que l’on s’interroge sur ce que vaut finalement cette présidence d’Alassane Ouattara, incapable jusque là de sortir la Côte d’Ivoire de l’insécurité, le Nigéria affiche une fois de plus une fragilité qui finit par laisser penser à l’incapacité du pouvoir central de gérer la situation dans laquelle le pays le plus peuplé d’Afrique est plongée depuis vit depuis plusieurs années.

Comme s’il ne prenait la mesure de la situation que maintenant et grâce à cet attentat à Kaduna, le président Goodluck Jonathan a fait la promesse de combattre plus fermement les actes de terreur et de violence.

Ce n’est pas aujourd’hui que la situation au Nigéria nécessite des mesures de fermeté. Mais si la menace sécuritaire au niveau régional, avec le Mali au cœur des préoccupations, peut hâter les mesures, ce ne serait que mieux. Car dans une sous-région où plusieurs pays sont politiquement moins solides, où les extrémistes guettent les moindres occasions pour s’imposer, aucun lien n’est plus à exclure. Cela d’autant plus que Boko Haram est soupçonnée d’être présente au Sénégal et que la Côte d’Ivoire qui fait face à une situation d’insécurité d’une autre nature, n’est plus hors du champ d’action des extrémistes religieux après les révélations du Groupe d’Experts sur ce pays, faisant cas notamment de coopération avec Ansar Dine.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article du même genre