Alain Hema, acteur burkinabè : « Je trouve dommage que le Burkina n’ait qu’un seul film en compétition »

2412 2
Alain Hema, acteur burkinabè (Ph : B24)
Alain Hema, acteur burkinabè (Ph : B24)

Acteur, comédien, Alain Hema est un cinéaste burkinabè bien connu. Il a joué dans la récente série « Supers Flics » de Amina Diallo/Glez alias Kadi Jolie, et pour cette édition du FESPACO 2013, il est membre du comité d’organisation. Dans cette interview, il regrette que la capitale du cinéma africain n’ait qu’un seul film en compétition dans la catégorie long métrage. Mais pas seulement.

Burkina 24 (B24) : Quelle est votre appréciation générale sur les films en compétition à ce FESPACO 2013 ?

Alain Hema (A. H) : Je n’ai pas encore suivi les œuvres, mais je trouve dommage que le Burkina Faso, la capitale du cinéma africain, n’ait  qu’un seul film en compétition.

B24 : Avez-vous une explication à cette situation ?

A.H : Je ne saurais le dire. Ce n’est pas la créativité qui manque ni les réalisateurs créatifs et inventifs. Je crois savoir que dans la sous-région, nous avons au Burkina de talentueux réalisateurs. Je crois que c’est plutôt une question de production. Les moyens manquent, les guichets se ferment de plus en plus. Il faut dire aussi que beaucoup se sont tournés vers les séries, les documentaires, les couts-métrages. Certes, dans ces catégories, il y a beaucoup de productions burkinabè mais en long métrage, il n’y a pas foule.

B24 : De nombreux festivals de cinéma émergent actuellement en Afrique. Cette concurrence pourrait-elle être un danger pour le FESPACO ?

A.H : Ah non ! Pas du tout ! Le FESPACO ne peut pas être en danger parce que premièrement, l’Etat burkinabè s’investit davantage dans la production. La marraine de ce FESPACO est la Première dame du Faso, l’Agence internationale de la Francophonie suit énormément le FESPACO, l’Union européenne est un partenaire sûr du FESPACO. Tout ce beau monde garantit la faisabilité de ce festival. Maintenant, il faudrait que les créateurs puissent suivre avec des œuvres de qualité, avec plus de folie, pour que le rêve continue.

B24 : En tant que membre du comité d’organisation, pouvez-vous nous assurer que la fête sera belle ?

A.H : Oui c’est sûr ! L’ensemble du comité artistique de Ouaga et tous ceux qui arrivent sont mobilisés pour que la fête soit belle.  Vous savez que le  FESPACO a été convoité par plusieurs pays pendant très longtemps. Le doyen Sembène Ousmane (paix à son âme) s’est battu pour dire qu’il ne comprend pas pourquoi le FESPACO doit aller quelque part. Pourquoi Cannes ne tourne pas ? FESPACO, c’est Ouagadougou. Pourquoi doit-il tourner ? Cette vision de Sembène Ousmane était très juste. Et aujourd’hui, le Burkina est fier de porter cette manifestation.

Propos recueillis par Abdou ZOURE

Pour Burkina24.com

 

 

Il y a 2 commentaires

  1. M. HEMA, il y a dix ans si l?on n’avait pas le probl?me, on devait d?j? le pressentir. la raison est simple, les productions ou les financiers ne sont plus convaincus? si en tout cas vous pensez que c?est l?argent qui fait d?faut. Tout le monde veut l?argent, et il n?ya que les artistes qui savent ou qui sont convaincus que dans le cin?ma, il ya moyen de faire des b?n?fices! le financier burkinab? ou africain n?est plus convaincu.
    Ce sera encore ainsi tant que vous continuerez ? f?liciter ? tout bout de champs vos confr?res. ? Je crois savoir que dans la sous-r?gion, nous avons au Burkina de talentueux r?alisateurs. ?
    Comment pouvez vous dire ?a? C’est pas important pour vous de dire ?a!!!
    un exemple simple, si on a financ? des films depuis 10 ans, et que aujourd?hui on a pas rentabilis? ?a explique la faiblesse de la production. certains r?alisateurs ont eu les sous, (m?me moyen) et ont d??u le public, ou se sont content? de faire des trucs juste appr?ciables, mais pas au point de convaincre assez pour les futures financements! c?est pour ?a que aujourd?hui une Appoline Traor? n?a pas de quoi finir un film?.
    Je ne vous souhaite que de r?ussir, mais dites moi, pourquoi en deux saisons, Super flic, ne peut pas financer un long m?trage? Nous les cin?philes ont aime cette s?rie, parce que que nous ne connaissons pas assez encore le cin?ma, mais il faut que les professionnels tels que vous, arr?tiez de vous jeter des fleurs, pour faire de la vrai critique de vos s?ries, afin d?avoir de meilleurs r?sultats, des r?sultats qui d?fient les attentes, qui font bouger les mentalit?s, qui feront de votre s?rie de vrai d?fi ? il faut vous remettre en cause et en cause encore?. Sinon au FESPACO prochain ce sera pire!

  2. M. HEMA, il y a dix ans si l’on avait pas le probl?me, on devait d?j? le pressentir. la raison est simple, les productions ou les financiers ne sont plus convaincu… si en tout cas vous pensez que c’est l’argent qui fait defaut. Tout le monde veut l’argent, et il n’ya que les artistes qui savent ou qui sont convaincu que dans le cin?ma, il ya moyen de faire des b?n?fices! le financier burkinab? ou africain n’est plus convaincu.
    Ce sera encore ainsi tant que vous continuerai a f?liciter a tout bout de champs vos confr?res. « Je crois savoir que dans la sous-r?gion, nous avons au Burkina de talentueux r?alisateurs. »
    Comment pouvez vous dire ?a? un exemple simple, si on a financ? des films depuis 10 ans, et que aujourd’hui on a pas rentabilis? ?a explique la faiblesse de la production. certain r?alisateur on eu les sous, (m?me moyen) et on dessus le public, ou se sont content? de faire des trucs juste appr?ciable, mais pas au point de convaincre assez pour les futures financements! c’est pour ?a que aujourd’hui une Appoline Traor? n’a pas de quoi finir un film….
    je ne vous souhaite que de r?ussir, mais dite moi, pourquoi en deux saisons, Super flic, ne peut pas financer un long m?trage? Nous les cin?phile ont aime cette s?rie, parce que que nous ne connaissons pas assez encore le cin?ma, mais il faut que les professionnels que vous arr?tiez de vous jette des fleur, pour faire de la vrai critique de vos s?ries, afin d’avoir de meilleur r?sultat, des r?sultats qui d?fient les attentes, qui font bouger les mentalit?s, qui feront de votre s?rie de vrai d?fi … il faut vous remettre en cause et en cause encore….Sinon au FESPACO prochain ce sera pire!

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre