Rentrée scolaire et universitaire: quelles attitudes des acteurs pour une éducation réussie

Bientôt, c’est la rentrée scolaire et universitaire 2013-2014, après deux à quatre mois de vacances. Tous comme les cultivateurs, c’est le début de la saison pour les élèves et les étudiants. Chacun récoltera ce qu’il aura semé. Et c’est dans ce sens que les différents acteurs du monde éducatif (élèves, étudiants, parents, enseignants, autorités scolaires et universitaires, …) s’attèlent chacun à sa manière pour l’accueillir dans l’espoir d’aboutir à des résultats probants en fin d’année.

La suite après cette publicité

La préparation de la rentrée est un vrai casse-tête pour la plupart des parents, surtout dans un contexte socio-économique frappé depuis longtemps par la vie chère au Faso. Cette préparation représente donc des moments d’angoisse liées notamment aux difficultés de trouver des places disponibles dans les établissements d’enseignement secondaire et supérieur ; de trouver un logeur ou logement; et d’honorer les frais de scolarité, de fournitures et bien d’autres accompagnements susceptibles de mettre l’enfant dans de bonnes conditions d’études.

Ainsi, c’est le lieu ici de rappeler que la réussite scolaire et estudiantine et le bon fonctionnement du système éducatif burkinabé dépendent inéluctablement de chaque acteur qui anime la vie éducative et selon la place qu’il y occupe.

A cet effet, les élèves et les étudiants doivent travailler d’arrache pied tout au long de l’année scolaire et académique pour l’obtention de leurs tickets de passage en classe supérieure ou de leurs diplômes. Car la véritable clé de la réussite, c’est le travail bien fait. Le travail bien fait commence dès la rentrée et implique la discipline et le respect, aussi bien des enseignants, des autorités administratives, des parents que des camarades. Ces qualités doivent s’exprimer en tout temps dans les milieux scolaires et universitaires et dans tout autre lieu. Le travail bien fait implique également la culture d’autres valeurs cardinales telles que la tolérance, le civisme, la loyauté pour un environnement scolaire et social paisible. Aussi, il est à noter que les apprenants (élèves et étudiants) doivent donc donner le meilleur d’eux-mêmes pour parvenir à de bons résultats encourageants, afin de donner satisfaction à toutes les autres composantes éducatives qui peinent jour et nuit pour leur offrir un avenir radieux.

Outre les apprenants, les parents constituent un maillon non négligeable de la chaîne éducative. Ils ont également une grande responsabilité dans la réussite éducative et scolaire. Au-delà des efforts consentis pour la prise en charge des frais d’inscription et d’autres besoins nécessaires à la formation, ils doivent veiller régulièrement au suivi scolaire et comportemental de leurs enfants et non les abandonner à eux-mêmes. Il s’agit entre autres de s’assurer véritablement de la participation effective de son enfant à toutes les activités pédagogiques ;  de se charger du retrait et de l’analyse des bulletins de notes de façon périodique. De plus, les Associations de Parents d’Elèves (APE) pour être encore plus dynamiques doivent mieux s’organiser pour accompagner fructueusement les élèves, le personnel enseignant et administratif, ainsi que l’Etat. Il leur faudra donc surpasser les intérêts individuels et partisans et mettre seulement et uniquement l’intérêt supérieur des élèves au centre de leurs préoccupations et de leurs actions.

Quant aux enseignants, chargés de la transmission des connaissances théoriques et pratiques aux élèves  et étudiants, sont appelés à œuvrer davantage pour un enseignement et une formation de qualité. Et loin de vouloir se substituer aux parents, ils doivent être des modèles de vie sociale et scolaire pour les apprenants et être les promoteurs de l’édification des valeurs sociales et morales, gage d’un développement harmonieux et prospère. Egalement, le souci de la relève doit les animer constamment pour qu’il n’y ait pas un dysfonctionnement dégradant dans l’ensemble du système éducatif qu’il y ait des femmes et des hommes compétents et qualifiés pour assurer la continuité dans l’enseignement.

Enfin, concernant les autorités administratives et politiques, leur responsabilité est grande, en ce sens qu’ils ont en main la destinée du secteur éducatif. Il leur incombe de construire des infrastructures (avec les équipements nécessaires) appropriées, d’accroître le personnel enseignant tant au niveau scolaire qu’universitaire, d’être à l’écoute et au service de tous les autres acteurs. A cela s’ajoute le souci de cultiver et d’encourager l’excellence dans les établissements, et d’élaborer des textes et des reformes éducatifs utiles qui transcendent les intérêts égoïstes et minoritaires pour le bonheur de tous.

Bref, il est donc indéniable que pour avoir un système éducatif performant, il faut le concours et l’engagement ferme de tous ces acteurs dont la liste n’est pas exhaustive. C’est en cela que nous reconnaîtrons l’importance de l’éducation qui est le creuset de tout développement et le remède à tous les maux de l’humanité. Pour cela, elle demeure au centre des préoccupations pour toute nation et tout pays qui aspire à son développement social, culturel, économique et politique. Et c’est dans ce sens que Joseph KI ZERBO notait fort pertinemment que : « L’éducation est une fonction de reproduction et de dépassement social indispensable au progrès de tout pays ».

Bonne rentrée scolaire et universitaire 2013-2014 à tous les acteurs du système éducatif !

Comité de presse de l’A.E.E.M.B

(Association des élèves et Étudiants Musulmans du Burkina)

publicite


publicite

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Articles similaires

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page