Issaka Tarbagdo : Des pièces de motos à la chaise VIP

Issaka Tarbagdo est un artiste. Il s’est spécialisé dans les pièces de récupération avec lesquelles il fabrique plusieurs objets utilitaires allant des tabourets aux salons complets. Il a organisé une première exposition d’œuvre d’art à Ouagadougou, en espérant des lendemains meilleurs.

La suite après cette publicité
Une chaise obtenue grâce à l'ensemble de pièces de motos (Ph : B24)
Une chaise obtenue grâce à l’ensemble de pièces de motos (Ph : B24)

Du talent ou du génie, quoi qu’il en soit, Issaka Tarbagdo réussit, à partir de pièces de motos usagers, à fabriquer des objets qui valent le détour.

Avec par exemple un piston de moteur, des fourches de moto, un moyeu, un pneu et des sachets plastiques, tous usagers, il a réussi à fabriquer une chaise pivotante  qui allie confort et esthétique.

Divers objets dessinés avec pratiquement les mêmes matériaux ont pris l’apparence de pouf ici, de tables là et de guéridons de l’autre côté.

Des tables et guéridons (Ph : B24)
Des tables et guéridons (Ph : B24)

A part le fer qu’il achète, les autres pièces étaient bonnes pour la poubelle. Issaka Tarbagdo  lutte aussi, à sa manière, pour la préservation de l’environnement. Il utilise les sachets plastiques d’eau de boisson pour rembourrer ses chaises et ses fauteuils. « A travers cette créativité, je pense que ce sera bien pour le développement de mon pays », confie-t-il.

Un atelier, le matériel qui manque le plus

Un peu d'aérobic ? (Ph : B24)
Un vélo d’appartement made in Burkina ! (Ph : B24)

Mais le seul problème d’Issaka Tarbagdo, c’est le manque d’atelier. Depuis cinq ans qu’il s’est lancé dans ce métier, il passe son temps, avec ses deux employés, à squatter les ateliers des autres, explique-t-il. A son avis, c’est seul le matériel de travail qui lui fait le plus défaut.

En attendant d’en avoir, il a organisé, avec cinq autres de ses collègues artistes, une exposition au bord de l’Echangeur de l’Est à Ouagadougou. « C’est la première édition et on espère que ce ne sera pas la dernière », souhaite Issaka Tarbagdo, qui a le regard tourné vers les autorités en charge de la Culture.

Issaka Tarbagdo : "Ce qui me manque, c'est un atelier" (Ph : B24)
Issaka Tarbagdo : « Ce qui me manque, c’est un atelier » (Ph : B24)

Il dit avoir déclaré ses créations au Bureau burkinabè des droits d’auteur (BBDA) et est déjà passé par le SIAO et le FESPACO pour exposer ses géniales œuvres d’art.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24 

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page