Protection sociale: la société civile ouest africaine veut une participation de la base

1511 0

La société civile africaine souhaite la participation des populations à la base aux politiques publiques de protection sociale. C’est la principale motivation d’un atelier ouvert ce jeudi 28 novembre à Ouagadougou, à l’initiative du Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG) et de ses partenaires. Avec pour thème, « participation de la base », cette rencontre est consacrée au partage d’expériences entre acteurs de la protection sociale en Afrique.

Une vue partielle des participants à l'atelier régional sur la protection sociale. Ph.B24
Une vue partielle des participants à l’atelier régional sur la protection sociale. Ph.B24

Réunis à Ouagadougou pour deux jours d’atelier, plusieurs acteurs de la société civile de l’Afrique de l’Ouest entendent faire de la participation de la base le défi majeur pour des politiques publiques efficaces en matière de protection sociale.

Définie comme l’ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent aux individus ou aux ménages de faire face financièrement aux conséquences des risques sociaux, la protection sociale est une question d’actualité qui mobilise la société civile et les gouvernants.

Selon le Ministre de l’Économie et des finances, Lucien Marie Noël Bembamba, présent à l’ouverture de l’atelier et représentant le Premier ministre, la protection sociale est même devenue « une question incontournable de gouvernance ».

Cependant, malgré les efforts des gouvernements et de la société civile, les politiques publiques de protection sociale dans plusieurs pays africains pèchent par la non participation ou la faible participation des bénéficiaires, d’où l’importance de l’atelier régional consacré au partage d’expériences entre acteurs.

Une vue des officiels à l'ouverture de l'atelier régional sur la protection sociale. Ph.B24
Une vue des officiels à l’ouverture de l’atelier régional sur la protection sociale. Ph.B24

L’initiative de cette rencontre, portée par le SPONG et la plateforme africaine pour la protection sociale (APSB), a été saluée par le gouvernement burkinabè, représenté par le ministre de l’Économie et des finances, et par les partenaires techniques et financiers, représentés par Mme Sylvana NZIRORERA, représentante adjointe de l’UNICEF, qui ont reconnu également la nécessité de la participation de la base.

La cinquantaine de participants, représentants la société civile et des institutions publiques de plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest mais aussi du Kenya, partageront leurs expériences en matière de participation de la base à la protection sociale, à travers des communications et des panels.

L’atelier offre également l’occasion aux différentes plateformes nationales de protection sociale de rechercher une meilleures synergie pour la protection sociale en Afrique.

En même temps que l’atelier régional se tient le deuxième forum national des acteurs de la protection sociale, organisé par le SPONG.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article du même genre