Lutte contre l’impunité et la vie chère : La CCVC annonce une vaste campagne du 15 septembre au 3 octobre

La Coalition contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les Libertés (CCVC) a dressé un bilan amère des grandes actions réalisées par le gouvernement de Transition depuis son installation en mi-novembre 2014. C’était au cours d’un point de presse tenu, ce mardi 15 septembre 2015 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

A la veille de la fin de son mandat, le gouvernement de la Transition, «  n’est pas arrivé  à étancher la soif des populations ». Tel est le « triste » constat que fait la CCVC qui estime que de nombreux dossiers de crimes économiques et de sang, de la vie chère et des libertés publiques, demeurent pendants.

Selon le président de la Coalition, Chrysogone Zougmoré, la Transition est restée « vague et hésitante » sur bon nombre de ces dossiers comme celui de Norbert Zongo, de Thomas Sankara et des Martyrs des 30 et 31 octobre 2014. « Le tout n’est pas d’ouvrir un dossier mais encore faut-il le mettre en mouvement », a-t-il indiqué en réponse aux déclarations du gouvernement qui s’est réjoui d’avoir entamé des procédures à ce niveau.

En sus, il a noté que les échecs de la Transition sont perceptibles au niveau économique et social à travers surtout l’inaccessibilité des produits de première nécessité, la faillite de l’école et de la santé, la crise du logement et de l’énergie et les procès aux issus « édifiants » notamment le procès Guiro.

Les libertés publiques, a-t-il ajouté, ont été également mises en mal par les autorités de la Transition à l’image des sit-in et des marches de travailleurs qualifiés « péjorativement » de  « rurocratie » par ces dernières.

Interpeller les candidats sur les attentes réelles des populations…

Fort de ce constat et tenant compte du contexte national bientôt marqué par la campagne électorale, la coordination nationale de la CCVC a décidé de l’organisation sur toute l’étendue du territoire national, du 15 septembre au 3 octobre, d’une vaste campagne autour du thème : « Contre l’impunité et la vie chère, pour les droits économiques et sociaux, pour les libertés et l’indépendance nationale ».

L’objectif étant « d’interpeller le gouvernement de transition sur son bilan politique et social, mais également les différents prétendants au pouvoir d’Etat sur les attentes des populations en matière de lutte contre l’imputé, de droits socio-économiques et des libertés », a dit le président de la Coalition.

A l’occasion, il est prévu au cours de la campagne, des activités de sensibilisation et d’interpellation, des conférences de presse, des déclarations, des émissions radio-télé, des conférences publiques, des assemblées générales et des thés et vidéos-débats.

A la question de savoir si la campagne électorale ne sera pas perturbée, Chrysogone Zougmoré a répondu par la négative, arguant qu’elle sera l’occasion donnée « pour interpeller les candidats sur les attentes réelles des populations et de réclamer des réponses claires sur des questions restées jusque-là tabou comme la présence de forces extérieures sur le sol burkinabè ».

Mamady Zango (Stagiaire)

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page