Art : « Mupuku » rend hommage aux forêts mortes

« Retour aux sources » est le thème de l’exposition qui a ouvert la soirée de la nouvelle saison culturelle de l’Institut français de Ouagadougou ce samedi 24 septembre 2016. Ces œuvres impressionnantes, qui attirent déjà du monde, sont du collectif « Mupuku ».

La suite après cette publicité

La déforestation a inspiré ce collectif d’artistes de plusieurs nationalités nommé « Mupuku »,  qui veut dire « L’herbe et la fleur » en langue mossi.

Leur exposition à la rotonde de la médiathèque à l’institut français donne à voir des structures géantes de couleur brune. Un hommage à l’environnement, en particulier aux  forêts disparues, à la nature qui s’éloigne et en même temps un appel à la conscience collective pour préserver cette nature.

« Ce sont des écorces d’arbres qui se sont détachées de l’arbre que nous avons représentées ici. C’est un cri de cœur que Mupuku lance à la population. Quand on se retrouve entre ces œuvres, c’est comme si vous étiez dans une forêt d’arbres morts. Tout est sec », explique Adama Pakoré, membre du collectif « Mupuku ».

Adama Pakoré, l'un des membres du collectif "Mupuku"
Adama Pakoré, l’un des membres du collectif « Mupuku »

Pour aboutir à cette collection, les artistes ont utilisé une nouvelle technique, la fabrication de la pâte végétale. Ils l’ont acquise lors d’une résidence de création au cours de laquelle Adama Pakoré, Lazar Ouangrawa, Pierre Adama Koffi  et André Kanin ont été sélectionnés pour continuer la recherche.

« Nous sommes allés chercher de l’herbe sèche en brousse. On la trempe dans l’eau pendant 4 jours, puis on fait bouillir. Après cuisson, nous la transformons en pâte que nous utilisons pour donner les formes. On a pensé à la nature morte. On a donc représenté des troncs d’arbres ici », décrit  Pierre Adama Koffi.

Si leur travail sur le terrain du village de  Kamboisin, situé à quelques kilomètres de Ouagadougou,  attirait déjà des curieux, il n’en sera pas moins à l’exposition  au point de  transformer la Rotonde de la médiathèque en espace de shooting.

De l’art en attendant la musique

Le monde qu’a drainé le concert de Alif Naaba et Nabalum, programmé  une heure plus tard, s’est en effet retrouvé  là en entendant que débute la salve des mélodies. Certains n’hésiteront pas à s’introduire à l’intérieur des œuvres d’art à travers les ouvertures faites par les artistes pour expliquer le  détachement de l’écorce de l’arbre.

L'exposition attire du monde
L’exposition attire du monde

Philippe Congo venu pour le concert n’a pu s’empêcher avec ses amis de faire des photos pour marquer leur passage à l’institut français.

« C’est notre première fois de venir à l’institut et quand on a vu ça, c’était impressionnant. C’est pour ça qu’on est rentré pour faire des photos pour des souvenirs », dit-il.

L’exposition reste ouverte au public jusqu’au 15 octobre 2016.

Revelyn SOME

Burkina24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page