Des jeunes au chevet de la Gnagna

Le Cadre de concertation des jeunes de la Gnagna (CCJG) a organisé du 23 au 25 mars 2017 à Bogandé, la première édition du forum des fils et filles de la province. Cette rencontre se veut un cadre d’échanges et de concertation  autour des questions du développement de la province.

La suite après cette publicité

Venus des 7 communes que compte la province de la Gnagna (Thion, Piéla, Bilanga, Liptougou, Manni, Coalla, et Bogandé) et d’ailleurs, les participants à cette rencontre, 200 environ, ont échangé sur le thème «Pour une Gnagna prospère, rôle et responsabilités de la jeunesse».

Il s’est agi selon le président du Comité d’organisation, Ardjima Yempabou Tindano, d’identifier les stratégies opérationnelles pour la mise en œuvre d’un processus de développement socioéconomique de la Gnagna, et de créer un cadre de concertation des jeunes et de le pérenniser.

Au regard de l’importance et de la portée du forum, le CCJG a désigné 2 parrains de chacune des communes citées afin de leur assurer une hauteur certaine et répondre du même coup à ses ambitions.

Plusieurs thèmes ont été développés en 3 axes stratégiques qui ont permis de dégager des pistes qui conduisent au décollage de la zone.

Le premier axe concerne l’élevage et l’agriculture/cultures de contre-saison comme source d’emploi, et d’autonomisation des jeunes en général et des femmes en particulier. Le second traite des enjeux, des défis et de la contribution des ressources minières au développement la province de la Gnagna, avec un clin d’œil sur l’orpaillage et la déscolarisation des enfants.

La question sécuritaire et le désenclavement de la province constitue le troisième axe. L’enclavement marqué de la région de l’Est et particulièrement de la Gnagna fait d’ailleurs l’objet de manifestions incessantes depuis quelques mois.

A l’issue des trois jours de travaux, le forum a formulé des recommandations qui  permettront sans doute d’atteindre les objectifs recherchés par la rencontre et ainsi conduire la Gnagna sur les rails du développement socioéconomique et culturel.

On peut retenir entre autres, le renforcement des institutions de microfinance dans les communes, l’organisation des exploitants traditionnels de l’or dans le respect des droits des enfants, la restauration de la confiance entre les forces de défense et de sécurité et les populations.

Le Cadre de concertation des jeunes de la Gnagna s’est donné comme objectif principal d’asseoir les bases durables d’un développement endogène fondé sur la valorisation du potentiel productif local, l’amélioration de l’employabilité des jeunes et leur responsabilisation accrue.

Pour ce faire, il va identifier les potentialités de développement en vue de leur valorisation,  identifier les leviers à actionner pour le décollage économique de la province, définir des axes de développement à forte création d’emploi pour les jeunes et les femmes.

Il faut également faire un plaidoyer auprès des autorités administratives et politiques pour un accompagnement conséquent, identifier des leaders ambassadeurs de la province auprès des partenaires et de la diaspora pour soutenir les initiatives locales de promotion d’emploi et de création de la richesse, créer un cadre de brassage et d’échanges pour la jeunesse.

Stéphane Bourgou

Burkina24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page