Santé au Burkina : L’hôpital du district de Bogodogo à Ouaga « est ouvert »

Le 6 avril 2017, fort de son constat après une heure de visite des différentes unités de soins de l’hôpital du district de Bogodogo dont l’ouverture était prévue pour septembre 2016, le ministre invite les populations à se référer à ce pôle de Yalgado Ouédraogo pour y recevoir les soins nécessaires. Les patients devant subir une intervention chirurgicale, ceux devant se référer à l’imagerie médicale et ceux qui doivent effectuer des tests en laboratoire, devront attendre encore un peu avant de s’y rendre.

La suite après cette publicité

« Nous sommes ici à l’hôpital du district de Bogodogo pour constater que l’hôpital est ouvert. Toute la population peut venir désormais ici pour rechercher les soins nécessaires », a déclaré Nicolas Méda, ministre de la santé. Et s’il lance cette invitation, c’est après une visite de plus d’une heure, unité par unité, qu’il a affirmé avoir « constaté que pratiquement tous les services médicaux sont ouverts ».

A l’exception du bloc opératoire, du service d’imagerie médicale et du laboratoire où les problèmes qui se posent, « seront résolus dans un mois ». Si pour le moment, les patients devront se rendre dans d’autres centres médicaux pour bénéficier de soins en chirurgie, c’est parce que « les plafonds étaient des plafonds normaux, qui pouvaient faire suinter de la poussière pendant les interventions médicales », a fait savoir le Pr Méda. 

Quant au service d’imagerie médicale, les usagers devront attendre la fin de l’année en attendant que soient disponibles toutes les installations nécessaires à cet effet.  En effet, les autres centres sont déjà fréquentés par les malades. « Globalement, ce qui fait un hôpital existe actuellement à Bogodogo. Venez, vous aurez les meilleurs soins possibles à Bogodogo », lance le ministre de la santé aux populations.

Augmentation de 400% des prix de consultations…

« Vous avez déjà entendu dire que les prix ont été multipliés à 400%. C’est faux », a dit le ministre de la santé avant de préciser qu’« il y avait une gradation des prix ». En effet, il y a quelques semaines, il avait été fait cas d’une augmentation du prix des consultations qui a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux notamment Facebook.

Effectivité d’augmentation ou pas, le message que souhaite faire passer à présent le ministre de la santé, c’est qu’« aujourd’hui, les prix sont ceux pratiqués par l’ancien centre médical avec antenne chirurgicale, le CMA du secteur ou l’hôpital du district de Bogodogo, c’est les mêmes prix qui sont pratiqués ».

Plus de temps passé à l’intérieur du service ophtalmologie…

Arrivé au service ophtalmologie, le ministre de la santé y a passé plus de temps comparativement à d’autres unités de soins. S’il l’a fait, c’est que dit-il, c’était pour admirer la qualité des équipements disponibles pour prendre en charge la maladie des yeux. « D’après les techniciens, en Afrique de l’Ouest, ce service peut être classé parmi les premiers en termes de qualité de soins pour les yeux », a-t-il justifié.

Au regard de l’offre en service de santé qui sera offert à l’hôpital du district de Bogodogo, pôle du CHU Yalgado Ouédraogo, « cet hôpital à terme sera suréquipé comparé au CHU Yalgado Ouédraogo », annonce le ministre de la santé. Et même s’il n’aimerait « pas être patient », il dit en rêver pour les patients qui y seront reçus, car « à Bogodogo, ils auront les soins les plus qualifiés que le Burkina puisse offrir ».

Oui Koueta

Burkina24

publicite


publicite

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page