Pôle de croissance : Un instrument de la mise en œuvre du PNDES

1292 0

Dans la mise en œuvre des pôles de croissance, un dispositif institutionnel de pilotage  a été créé par décret le 5 juillet 2013 portant attributions, composition, organisation et fonctionnement. Ce décret prévoit deux sessions statutaires du comité national de pilotage des pôles de croissance par an. 

Etablir l’état de la mise en œuvre des résolutions et recommandations de la première session de 2017, faire le point sur la préparation des pôles de croissance, examiner et valider la stratégie nationale de promotion des pôles de croissance, tels étaient les objectifs de la seconde session du comité national de pilotage des pôles de croissance au titre de l’année 2017.

La seconde session du comité national de pilotage des pôles de croissance au titre de l’année 2017

« Doter le Burkina Faso d’une stratégie nationale des pôles de croissance pour optimiser la contribution des pôles de croissance et de compétitivité à l’édification d’une économie nationale, dynamique, compétitive et intégrée ». C’était  sous ce thème que s’est tenue la seconde session du comité de pilotage des pôles de croissance au titre de l’année 2017, le vendredi 16 février 2018 dans la localité de Niassan, au Sourou dans la région de la Boucle du Mouhoun.

Paul Kaba Thiéba, le Premier Ministre, a présidé la session. Il a fait comprendre que les pôles de croissance occupent une place de choix dans le dispositif institutionnel, de planification et de développement du Burkina Faso. Pour lui, en plus d’être un instrument de mise en œuvre du PNDES, il est aussi attendu des pôles de croissance une contribution à l’économie nationale à travers une augmentation du PIB et la création d’emplois locaux.

La rencontre a permis d’examiner  le projet de la stratégie nationale des pôles de croissance avec des observations, des amendements sur la forme et le fond du document. Par ailleurs, le gouvernement burkinabè a engagé plusieurs études entrant dans le cadre de la préparation des nouveaux pôles. A savoir, les agropoles du Sourou, de Samendeni, du Sahel, de l’Est et la technopole TIC de Ouagadougou.

Paul Kaba Thiéba, le Premier Ministre

A l’issue de la rencontre, des résolutions et des recommandations ont été faites. Il s’agit, entre autres, du développement des chaînes de valeur des secteurs porteurs de croissance dans le but de promouvoir un modèle économique compétitif et la dynamisation des initiatives locales et régionales.

Le désenclavement des sites de pôles de croissance par la réalisation d’infrastructures de transport multimodales (aérodromes, route, chemins de fer) est également recommandé. A écouter Paul Kaba Thiéba, la stratégie nationale des pôles de croissance 2018-2030 a été examinée et adoptée par le comité de pilotage.

« Cette stratégie est fondée sur la nécessité de s’appuyer sur les potentialités régionales pour pouvoir développer notre économie nationale. En tirant parti des potentialités locales, en créant des chaines de valeur, de la valeur ajoutée au niveau local, c’est ainsi que nous allons contribuer au développement de l’économie régionale », a-t-il expliqué.

Le Premier ministre a pris l’engagement de l’examen des recommandations et des résolutions. Cette seconde session du comité national de pilotage des pôles de croissance au titre de l’année 2017, à Niassan, a connu la participation de la plupart des membres du gouvernement et des 13 gouverneurs. C’était à l’issue de la visite d’une exposition que les participants se sont quittés.

Jules César KABORE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre