Pr Augustin Loada: « Nous avons le droit de vivre en sécurité, mais… »

Le Mouvement Tengembilum Tamassira (MTT) a tenu une conférence publique ce samedi 6 octobre 2018 à Kaya, dans la région du Centre-Nord. Il s’est agi essentiellement d’une prise de contact avec les sympathisants du MTT. Les objectifs du mouvement ont également été présentés aux participants.

La suite après cette publicité

Le Mouvement Tengembilum Tamassira est une organisation de la société civile qui a vu le jour le 20 juillet 2018. Pour le Professeur Augustin Marie-Gervais Loada, délégué général dudit mouvement, le MTT a pour principal objectif de contribuer à promouvoir la conscience et l’engagement citoyens et la culture démocratique au Burkina Faso.

Pour l’atteinte de ses objectifs, le MTT répond à certains principes : l’encrage du mouvement dans une démarche d’utilité et l’encouragement des jeunes à s’engager.

« Citoyenneté, gouvernance de la sécurité », c’est autour de ce thème que s’est tenue la toute première conférence publique du Mouvement Tengembilum Tamassira (MTT) à Kaya. L’objectif visé par cette conférence est entre autres d’obtenir quinze mille signatures pour leur pétition de projet de loi portant indemnisation des victimes des attaques terroristes.

« En tant que citoyen, nous avons le droit de vivre en sécurité, mais aussi le devoir de contribuer à cette sécurité en nous intéressant aux questions de gouvernance dans le secteur de la sécurité. Une bonne gouvernance dans le secteur de la sécurité conditionne notre sécurité collective. Les citoyens peuvent prendre des initiatives pour participer à la sécurisation des biens et des personnes. Mais, nous insistons sur le fait que c’est l’Etat central seul qui détient le monopole en matière de violences physiques légitimes » (Professeur Augustin Marie-Gervais Loada)

« La Nation doit manifester sa solidarité vis-à-vis des victimes du terrorisme, qu’il s’agisse des forces de défense et de sécurité ou des victimes civiles. C’est dans ce sens-là que nous continuerons à promouvoir notre pétition dans la perspective de réunir les signatures nécessaires pour déposer au niveau du Parlement une proposition de loi », a confié le Professeur Loada.

A écouter l’ancien ministre sous la Transition, les ressources au sein de l’appareil sécuritaire ne sont pas utilisées de manière optimale pour lutter contre l’insécurité. Le Professeur d’Université trouve que l’union des fils et filles du Burkina est indispensable dans cette lutte.

Pour le coordonnateur du mouvement dans la région du Centre-Nord, Malick Simporé, la société civile a une part importante de contribution à donner dans le cadre de la gouvernance sécuritaire.

Il a invité les différents participants à la conférence publique à apporter leur soutien aux forces de défense et de sécurité. Du reste, la région du Centre-Nord, en particulier la ville de Kaya, était ravie d’accueillir cette conférence publique du Mouvement Tengembilum Tamassira.

Basile SAMA (stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page