Putsch: « Je savais où se cachait Chérif Sy »

4945 0

Nanéma Ousséni Fayçal. Un homme formé politiquement par le défunt Président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo. Aussi surnommé « cousin de Zida » ou « ministre des jeunes du CDP », le militant politique, très actif sur les réseaux sociaux, a comparu devant le Tribunal militaire ce lundi 8 octobre 2018. Mais, son audition ne sera pas menée à terme. Un éventuel conflit d’intérêt oppose son avocat, Maître Arnaud Sampébré, qui défend également Da Sami, un coaccusé dans cette affaire de putsch manqué.

Nanéma Ousséni Fayçal se présente comme leader politique. Il se réclame coach d’au moins 88 jeunes dans chaque Province du Burkina. Il a commencé à fréquenter le RSP depuis 2003. Malgré quelques troubles de la parole, il a la langue bien affilée. Ce fervent militant du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), est accusé d’avoir soutenu le Conseil national pour la démocratie (CND) dans sa tentative de prise du pouvoir en septembre 2015.

Il est ainsi poursuivi pour complicité de dégradations volontaires de biens et de recel. Nanéma Fayçal nie les faits. Il explique que le 16 septembre 2015, il était en ville, au Jardin Yennega, lorsqu’il apprend sur les réseaux sociaux que le Conseil des ministres a été interrompu. « J’ai dit Dieu merci », avoue-t-il. Du reste, à l’en croire, il suivait l’évolution de la situation sur les réseaux sociaux.

« Je connais très bien les Présidents Macky Sall et Yayi Boni »

« Le 17 septembre, au petit matin, j’ai pris connaissance sur Facebook du communiqué lu par le Colonel Bamba. Au même moment, des publications appelaient à un rassemblement pour soutenir le CND qui était dans une logique d’élections inclusives. Des jeunes se sont mobilisés pour aller brûler le domicile de mon parrain, Salifou Diallo. Je leur ai dit que ce n’était pas une bonne idée de brûler la maison de quelqu’un », relate l’accusé.

Selon ses dires, les manifestants pro-CND se sont heurtés à une résistance une fois au domicile du défunt Président de l’Assemblée nationale. Mais, Nanéma Fayçal, pour cette fois, et d’autres militants du CDP ont suivi des éléments de l’ex-RSP pour s’y rendre à nouveau. C’est en ce moment que le Policier posté au domicile de Salifou Diallo aurait été bastonné.

« J’ai supplié les militaires de ne pas le frapper. Je connaissais bien le Policier », se défend-il. Le 18 septembre, l’accusé dit avoir passé la mi-journée à leur QG improvisé au Rond-Point des Martyrs. Selon son programme, il est ensuite allé dans un bar dancing avant de partir à l’Hôtel Laïco, où étaient logés les médiateurs de la CEDEAO. « Je connais très bien les Présidents Macky Sall et Yayi Boni », foi du prévenu appelé aussi « cousin de Zida ».

« Je savais où se cachait Chérif Sy »…

« Après, je suis reparti au Rond-Point des Martyrs. J’ai vu des objets « France au revoir » qu’on vendait. J’ai payé un sac, un fer à repasser et une statuette. Je les avais revendus. Mais après, je suis reparti chercher en remboursant l’argent. Je ne savais pas que ça provenait du domicile de mon parrain Salifou Diallo. Quand il était toujours en vie, je partais souvent le voir. Moi, je ne vis pas dans l’hypocrisie. Sinon, moi, je savais où se cachait Chérif Sy au moment des faits. Mais, je ne vais pas indiquer le lieu publiquement », affirme le mis en cause.

« Dans la soirée du 18 septembre, j’ai pu échanger avec le Président Boni jusqu’à 23h. Il m’a même raccompagné jusqu’à l’ascenseur. J’ai reçu après une commission de deux millions de la part du Président Yayi Boni », avoue le prévenu qui avait déjà été condamné dans le passé à six mois fermes, puis à 24 mois fermes pour des affaires d’escroquerie et de viol. L’audience du jour connaît un revirement lorsque le Parquet avance des déclarations d’un coaccusé, Da Sami. Selon la déposition de ce dernier, Nanéma Fayçal aurait envoyé des jeunes pour violenter d’autres personnes à Laïco.

« Monsieur le Président, Da Sami est un suspect sérieux. Il suivait le cortège du Général Diendéré. Comment peut-il être en train d’assurer la sécurité du Général et être en même temps à Laïco ? S’il a pu faire ça, c’est qu’il pouvait patrouiller en ville et tirer sur les gens. C’est même lui Da Sami qui m’a mis dans ce problème », déclare l’accusé. Mais, il se trouve que Maître Arnaud Sampébré défend les deux, Nanéma Fayçal et Da Sami, dans ce procès.

L’avocat compte se déporter face à ce conflit d’intérêt. Le Président du Tribunal interrompt l’audition de Nanéma Fayçal et autorise Me Sampébré à se référer au Bâtonnier pour une consultation. L’audience a été suspendue après la présentation du journaliste Ouédraogo Adama dit Damiss. Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires, il s’expliquera demain 9 octobre 2018.

Noufou KINDO

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article du même genre