Entrepreneuriat au Burkina Faso : Un projet en faveur de 1000 jeunes et femmes

Le consortium Oxfam, avec l’appui de l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, a lancé ce vendredi 2 juillet 2021, le Projet d’Appui à l’Amélioration du Climat des Affaires pour les Jeunes et les Femmes du Burkina Faso (PACAJeF), à Ouagadougou. D’un coût global de plus d’un million d’euro, le projet a pour objectif de promouvoir un environnement des affaires favorable à l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes du Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Afin de relever les défis liés au démarrage et à l’expansion des PME des jeunes et des femmes, Oxfam a lancé le projet d’Appui à l’Amélioration du Climat des Affaires pour les Jeunes et les Femmes du Burkina Faso (PACAJeF), ce vendredi 2 juillet 2021.  Selon  Fatoumata Konaté de la région des Cascades et représentante des bénéficiaires, l’attente du projet se situe en  la résolution des problèmes qui minent les activités des  jeunes et des femmes.

Fatoumata Konaté, la  représentante des bénéficiaires, a déclaré que les bénéficiaires attendent du projet  la résolution des problèmes qui minent les activités des  jeunes et des femmes. 

« Les jeunes et les femmes rencontrent pas mal de difficulté dans le domaine de l’entrepreneuriat notamment le coût élevé du crédit, l’accès au financement. Ce projet sera l’occasion pour nous, les jeunes, de promouvoir nos activités et nous permettre d’évoluer dans le domaine de l’entrepreneuriat », a-t-elle affirmé. 

Le lancement du projet a été présidé par  le ministre du commerce, Harouna Kaboré. Il  a laissé entendre qu’il y a plusieurs obstacles qui étouffent les jeunes entrepreneurs dans leur dynamique d’auto emploi et compromettent le présent et l’avenir de la nation. Ces obstacles sont entre autres l’absence ou l’implication des jeunes et des femmes dans les cadres des décisions qui les concernent, le coût du crédit élevé et l’imposition précoce des nouvelles entreprises/Start up. 

Le ministre du commerce Harouna Kaboré a affirmé que le secteur privé qui est sensé favoriser l’emploi des jeunes peine à impulser une dynamique de développement réel du pays.

« Qui parle d’amélioration du climat d’affaires pour les jeunes et les femmes indique forcement ce choix donc de réduire l’ensemble des barrières, de permettre l’accès au financement, l’accès au marché pour permettre aux entreprises d’être beaucoup plus davantage compétitive pour produire et proposer des biens et services à la hauteur des attentes des consommateurs », a relaté Harouna Kaboré.

D’un coût global de 1 890 000 euro et  1 239 758 730 F CFA, le projet est financé  à 85% par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, soit 1 600 000 euro  et 1 049 531 200 F CFA. 

Selon le Chargé d’affaires à l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas, Maarten Rusch, le lancement du projet est l’accomplissement d’un processus qui a commencé depuis l’année 2020. « L’entrepreneuriat n’est pas une chose aisée et au Burkina Faso. L’analyse a démontré que les jeunes rencontrent des problèmes liés à l’accès difficile des ressources financiers et au service non financier au compte  de la fiscalité et l’insuffisance des mesures de promotion des ressources de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes », a-t-il informé. 

Maarten Rusch , chargé d’affaire de l’ambassade du Royaume des Pays-Bas a laissé entendre que l’entrepreneuriat demeure une solution contre le chômage au Burkina.

Il a ajouté qu’ils ont la « ferme conviction que l’entrepreneuriat demeure une solution » contre le chômage des jeunes et pour la promotion des richesses, gage de développement économique durable du Burkina. 

Le consortium d’Oxfam a  mobilisé, pour sa part,  une contribution de  290 000 euros soit 190 227 530 F CFA pour  la mise en œuvre du projet PACAJeF. Ce projet combinera des activités d’information, de sensibilisation, de plaidoyer et d’assistance, selon le Directeur Pays de Oxfam au Burkina, Omer Kaboré.

Photo de famille après le lancement du projet PACAJeF.

« Les jeunes qui évoluent ensemble qui vont bénéficier de l’ensemble de ces accompagnements vont avoir les soutiens nécessaires pour arriver à faire leurs identifications et faire en sorte que ceux et celles qui seraient engagés davantage dans ce domaine du secteur aient vraiment un environnement favorable qui leur permette de réaliser, de réussir leur mission », a-t-il déclaré. 

Le projet PACAJeF s’étend sur 36 mois dont 2021-2023 et couvre les régions du Sahel, des Cascades et du Centre-Nord. Il compte toucher au moins 1000 personnes dont 500 jeunes et 500 femmes.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page