Le Burkina Faso célèbre la journée mondiale de l’aide humanitaire

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays a commémoré la journée mondiale de l’aide humanitaire, ce jeudi 19 août 2021. Pour cette année, le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) en collaboration avec d’autres agences du système des Nations Unies et d’autres ONG, a  initié un cadre de concertation avec ses partenaires gouvernementaux et Hommes de médias afin de comprendre les actions humanitaires mises place sur le terrain au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Le thème de cette rencontre a été placé sous « la structure de l’ Humanitaire au Burkina de 2019 à nos jours: quelle réalité ? ». Selon la coordonnatrice par intérim du Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), Sandra Latouf, l’objectif c’est de répondre à un certain nombre de questions liées aux actions humanitaires afin de permettre aux Hommes de  médias, de porter la parole aux populations. Il s’est  également agi pour ces acteurs de savoir davantage comment fonctionne le milieu humanitaire  au pays des Hommes intègres.

La rencontre a été une occasion pour ces partenaires humanitaires  de s’imprégner des actions faites par le gouvernement mais aussi la communauté internationale afin d’apporter des améliorations aux actions entamées. 

A ce titre, la communauté internationale représentée par OCHA et ses partenaires a, par la voix de la coordonnatrice par intérim, rappelé le rôle des différentes structures mises en place pour soutenir le gouvernement dans ce combat pour les personnes vulnérables. 

3,5 millions de personnes ont besoin d’assistances humanitaires au Burkina Faso

Du côté du gouvernement, Florent Yipéné Bakouan, Secrétaire Permanent de la Coordination Nationale de Secours d’Urgence SP/CONASUR, a présenté quelques difficultés rencontrées par l’humanitaire au Burkina. «  Nous avons un contexte de crise assez difficile. Les montées des chiffres des déplacés et personnes vulnérables au Burkina sont devenues inquiétantes. Sur les 3,5 millions des personnes ayant besoin d’assistances humanitaires, 59% sont des enfants et 6 régions sont actuellement affectées », a-t-il déploré.

Par ailleurs il a soutenu que plusieurs actions sont entreprises par l’Etat pour limiter ces problèmes. Parmi ces actions, a-t-il dit, on peut citer entre autres le soutien de la coordination  civilo- militaire, l’initiative de cette rencontre des acteurs humanitaires pour réfléchir sur des éventuelles solutions, les dispositifs de déploiement des acteurs humanitaires mis en place par le gouvernement, le suivi quotidien des réponses fournies par les partenaires.


Il faut noter que cette journée est célébrée  depuis le 19 août 2003 après que 22 travailleurs humanitaires aient perdu la vie en Irak. Concernant la situation des déplacées obligées de se prostituer pour subvenir à leurs besoins, le SP de la CONASUR a soutenu que des actions sont en cours. « Ces informations sont une interpellation pour nous. Des actions d’investigations sont déjà entreprises par le ministère en charge de l’action humanitaire pour connaître le fond du sujet et agir en conséquence  », a-t-il ajouté. 

Il faut rappeler que le numéro vert disponible pour les actions humanitaires est le 80 00 12 27. Celui de la CONASUR est le 138 pour dénoncer ou interpeller des cas en situation vulnérable, d’après  le Secrétaire Permanent.  

Abdoul Gani Barry

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page