Bruno Dipama :«Malgré le contexte sécuritaire difficile, le Burkina doit rester debout»

publicite

La direction générale de l’Agence nationale d’appui au Développement des Collectivités Territoriales (ADCT)  tient sa rencontre trimestrielle avec ses chefs d’agences régionales dans la ville de Manga. Troisième rencontre trimestrielle du genre de l’année pour la structure, elle se veut un cadre de réflexion sur les acquis, les difficultés, les défis et les prévisions. L’ouverture de la rencontre est intervenue ce vendredi 22 octobre 2021.

La suite après cette publicité

Faire le bilan des activités menées et se projeter sur celles à exécuter, ce sont là les deux objectifs à atteindre pour la direction de l’Agence nationale d’appui au Développement des Collectivités Territoriales (ADCT). Selon les propos de son directeur général Bruno Dipama, ce rendez-vous offre un cadre d’échange entre la direction et les agences régionales de sa structure afin de revoir tout et trouver des solutions « aux difficultés qui ont empêché la bonne mise en œuvre des activités ».

Sur le bilan des activités déjà menées, Bruno Dipama a souligné que « nous devons nous adapter à contexte sécuritaire difficile ». Selon ses dires, bon nombre de localités sont confrontées aux défis sécuritaires. Ce qui rend l’intervention de l’ADCT très complexe voire impossible. « Carrément dans certaines communes, il y a des difficultés pour la mise en œuvre même des projets que nous avons financés au titre de l’année 2021 », a indiqué le directeur général de l’ADCT. 

« Malgré le contexte sécuritaire difficile, le Burkina doit rester debout »

Revenant sur l’ampleur de l’impact de l’insécurité, Bruno Dipama a souligné que « dans la région de l’Est, environ 8 communes ont clairement déclaré être dans l’incapacité de pouvoir mettre en œuvre les projets que nous avons financés ». Il est donc impératif, de son avis, de trouver des solutions adéquates et à temps pour pallier à cette situation car dit-il, « malgré le contexte sécuritaire difficile, le Burkina doit rester debout ».

Et la formule selon Bruno Dipama est de rendre les collectivités résilientes. L’ADCT n’entend donc pas abandonner les collectivités dans les difficultés. Au contraire, son directeur général compte trouver une nouvelle approche pour toujours investir et réaliser des infrastructures au profit des populations. « Nous devons être une structure à la performance adaptative », a-t-il martelé. Réorienter les financements, c’est la vision nouvelle de l’ADCT.

Basile SAMA

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page