Tribune I « Je suis un déplacé » (Poème de Oumarou Sako)

Ceci est l’écrit d’un citoyen burkinabè, Oumarou Sako, sur la situation sécuritaire au Burkina Faso intitulé « Je suis un déplacé ».

Je suis un déplacé
Cet élève qui ne fréquente plus les classes
Est devenu un souvenir  »aller à l’école »
Et en plein isole
L’avenir je ne vois plus ses traces

La suite après cette publicité

Abandonnant la famille
Sous la chaleur de l’aboiement des armes
Papa, Maman conservent l’âme ?
Je traine dans la famine

Je suis un déplacé
Sous le soleil sans domicile
Mendier est devenu coutumes
En société je suis devenu écume
Aux  »bon à tout faire » je suis docile

Cette fille qui vend la valeur de son pagne
Parce qu’il n’y a plus d’autres solutions
L’heure est grave sans résolution
J’attends toujours de voir l’après surgissement des campagnes

Je suis un déplacé
Ce monsieur qui n’a plus de ses côtés sa femme
Où sont-ils ses horizons ?
J’ai marché et sur mes talons c’est l’érosion
Solitaire mon psychisme s’enflamme

Je suis cette dame ou vieille
Dont est inséré dans le sombre mon foyer
Le sourire, l’épanouissement sont nettoyés
Dans ma tête à peine l’espoir sommeille

Je suis un déplacé
Dans mon quotidien
Je suis Papa et Maman
D’esseulé je suis amant
Hors Papa n’était pas un Amérindien

Dans mes larmes je m’inonde
Qui me sauvera, Dieu ?
Les Hommes vont-ils me dire adieu ?
Nul ne vivra éternel dans ce monde

Je suis un déplacé
Malgré mon pathétique sort
Je prie pour ma chère Nation
Et j’ai une crédible passion
La terre de mes ancêtres vivra sans remords !

Oumarou SAKO 

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page