Lutte contre le mariage des enfants : « Vaillante », une série qui sensibilise

L’UNICEF Burkina Faso, en partenariat avec le FESPACO, a organisé des ateliers de création de court-métrage réalisés par des enfants et des jeunes. A cet effet, la projection en avant-première du premier épisode de la série « Vaillante », a été faite, ce jeudi 22 Octobre 2021 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

La question du mariage précoce continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Ce phénomène poursuit son bonhomme de  chemin et tend aujourd’hui à dépasser les frontières de l’Afrique qui était vue comme le nid de ce fléau. L’UNICEF, dans sa démarche de promotion des droits de l’enfant et de la jeunesse, a produit un film : « Vaillante ».

« Vaillante » est une série de trois épisodes qui traite du mariage des enfants, de l’engagement des jeunes  et de l’égalité des genres. La série « Vaillante » relate l’histoire d’Adi, une adolescente de 14 ans qui sera donnée en mariage forcé à un homme âgé. Entre tortures, violences et grossesses, Adi finit par fuir son mari « tyran », et meurt finalement en voulant donner naissance.

Pour Sandra Lattouf, représentante de l’UNICEF Burkina, cette série est une façon, pour eux, de lancer un SOS, question de lutter contre le fléau du mariage précoce qui impacte considérablement l’avenir des jeunes filles.

« La réalité, c’est qu’on doit tous travailler pour lutter contre le mariage précoce. Au Burkina, il y a une amélioration, mais on ne doit pas s’arrêter là. Un des acteurs essentiels, ce sont les jeunes eux-mêmes qui peuvent faire la différence. 

On a l’opportunité de présenter le premier épisode d’une série de trois, qui pourra être je l’espère, diffusé autant que possible au Burkina et à l’extérieur pour qu’on puise ensemble lutter contre ce fléau qui nous touche », a-t-elle lancé.

« C’est un sujet assez sensible » 

En tant qu’Ambassadeur UNICEF, l’artiste rappeur, Smarty, de son vrai nom Salif Louis Kiékiéta, soutient que le thème du mariage précoce est interpellateur, et fait savoir que c’est la continuité de son titre « Ne m’appelez pas madame » qui aborde cette même thématique.

« C’est un sujet qui nous interpelle tous. Vaillante, je pense que c’est la continuité du message que j’ai porté qui m’a d’ailleurs ouvert les portes à l’UNICEF. Je veux dire que l’UNICEF a su placer sa confiance après « Ne m’appelez pas madame » qui défendait la cause du mariage de la jeune fille… C’est un sujet assez sensible, et on devrait, surtout les hommes, poser plus les regards, et prendre le problème à bras-le-corps », a laissé entendre l’ambassadeur UNICEF.

Content d’avoir suivi ce film, Smarty invite par ailleurs, tout un chacun à le suivre, car il est plein de message. « J’ai été content d’avoir suivi Vaillante parce que c’est vraiment touchant. J’invite les gens à venir voir parce que moi, la scène qui m’a le plus touché, c’est lorsque vous avez un vieil homme qui rentre avec une jeune fille de 14 ans et que la porte se referme derrière elle. C’est un message assez fort, c’est une symbolique assez forte », a-t-il conclu.

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page