VaRRIWA pour la valorisation des inventions et innovations au Burkina Faso, au Togo, au Bénin et au Sénégal

Ce jeudi 23 décembre 2021, l’Agence Nationale de valorisation des recherches et innovations (ANVAR) a tenu un atelier d’information des journalistes scientifiques sur les politiques et stratégies nationales de recherche et innovation. Cette initiative entre dans le cadre du projet Valorisation des résultats des recherches en Afrique de l’Ouest (VaRRIWA).  

La suite après cette publicité

La recherche scientifique se porte « bien », foi du docteur François Kagambega, directeur de la Valorisation des Résultats, des Recherches et de la promotion des innovations à l’ANVAR .

Docteur François Kagambega, directeur de la valorisation des résultats, des recherches et de la promotion des innovations à l’ANVAR

« Quand je dis ‘bien’ entre griffe, précise-t-il, « c’est parce que les gens sont motivés mais le problème, c’est le financement qui manque».

« Chaque année, il y a beaucoup de résultats d’inventions, d’innovations qui sont produits, (…) Je dirais qu’il y a de milliers de résultats qui sont produits, le problème ce sont des questions de financement et des défis de valorisation … Aussi à la collaboration quand vous ne financez pas une recherche quelques fois pour avoir accès aux résultats de ces recherches, c’est pas évident », explique toujours le docteur Kagambega.

 C’est en vue de faire connaitre et de valoriser plus les résultats des recherches et innovations que les chercheurs mettent à jour, il a été mis en place le projet VaRRIWA. Ce dernier ambitionne de créer un environnement incitatif aux transferts des résultats des technologiques, des inventions et des innovations dans 4 pays de l’Afrique de l’Ouest (Togo, Bénin, Sénégal et le Burkina Faso).

Financé par le Fonds Afrique Caraïbe et du pacifique (ACP) pour l’innovation, une des composantes du programme de recherche et d’innovation de l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP), avec la contribution de l’Union Européenne, il est prévu pour durer 4 ans (2021-2024) pour environ 3 milliards de FCFA.

Le projet envisage des formations  sur la valorisation des résultats des recherche et leur exploitation économique, construire un dispositif pérenne d’accompagnement à la valorisation des résultats, faciliter le réseautage et les échanges entre partenaires publics et privés. Mais aussi de divulguer les informations sur les résultats, d’où cette rencontre d’information des journalistes qui s’intéressent aux questions de la recherche et de l’innovation.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page