Burkina Faso # Gabon : « On va prendre ce match au sérieux » (Kamou Malo)

Gagner ou partir. C’est ce qui attend les équipes qualifiées en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021. Le sélectionneur Kamou Malo l’a confirmé en conférence de presse d’avant-match. Pour lui, son équipe doit jouer avec sérieux pour gagner son match face au Gabon le dimanche 23 janvier 2022.

La suite après cette publicité

La pression du match : « C’est un match à élimination directe. Nous savons qu’il faut gagner ou partir. Si j’ai la pression ? Oui. J’appelle ça de la bonne pression. Un coach sans pression à la veille d’un match, cela veut dire qu’il est en vacance. Le match de demain est très important. En vue de faire un résultat, il est naturel qu’il y ait ce stress qui nous accompagne habituellement. C’est la pression qui nous pousse à nous transcender ».

Patrick Malo sanctionné ? : Question d’un journaliste camerounais : Votre fils, Patrick, a joué juste le premier match. Les autres matchs, il n’a pas joué. Est-ce une sanction ou juste un choix tactique ?

Pour Patrick, je n’ai pas aimé le mot fils. C’est un joueur qui est en sélection comme tous les autres. Alors, s’il mérite de jouer, il jouera. Le premier match, il y avait de la place pour lui, il a joué. Ce n’est pas parce qu’il a mal joué. Dans ma tête, celui qui méritait de démarrer est revenu. Il est revenu sur le banc. Sinon ce n’est pas une sanction. Pourquoi ? Je ne vois pas pourquoi je l’aurai sanctionné.

Les changements : « Je ne suis pas très adepte de tout bouleverser. Ne vous inquiéter pas. Lorsque nous allons sentir qu’il faut changer, ne vous inquiétez pas, nous le ferons ».

Les choses à changer : « Une équipe est constamment en reconstruction, constamment dans la remise en cause en train de chercher sa vitesse de croisière. Pendant sa vitesse de croisière, il y a des choses à améliorer. Nous sommes conscients qu’il y a des choses à améliorer ».

Le match amical gagné va peser ? : « Je ne vois pas ça comme ça. Un match amical reste un match amical. Le contexte n’est pas le même. Je pense plutôt que ce match pourrait nous amener dans un faux confort. Ce match amical n’est pas un match de référence pour nous, face au Gabon. Le match de demain, c’est un officiel. C’est une huitième de finale de Coupe d’Afrique. Alors nous pensons que le contexte va changer ».

La place des coachs africains:  C’est aussi un défi personnel que de réussir à cette CAN. Ce que j’attends du match de demain, c’est de montrer que nous aussi, nous sommes capables d’exister à ce niveau de compétition. De plus en plus, il faudrait qu’on fasse confiance à cette expertise africaine. Nous en avons besoin. Sans cette confiance, nous n’irons nulle part. Les autres ont été à un moment dominants parce qu’on leur a fait confiance à un moment donné. Je pense qu’il est temps que nos dirigeants africains fassent confiance à cette expertise africaine qui demande à être prônée  et guidée.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page