Burkina Faso : Des environnementalistes du ministère veulent se détacher des paramilitaires

Les environnementalistes du ministère en charge de l’environnement et ceux de la transition écologique ont dénoncé, ce jeudi 21 avril 2022, le processus de soumission de leur corps aux paramilitaires des eaux de forêts, « surtout », dans le nouvel organigramme en cours d’élaboration. Cet acte a été marqué par un sit-in tenu au sein dudit ministère.

La suite après cette publicité

Les environnementalistes sont les travailleurs civils au ministère en charge de l’environnement. « L’heure est grave », «  Non à la discrimination », « trop c’est trop », «  non à la prise en otage des carrières », sont entre autres les différents messages brandis contre les paramilitaires ce jeudi 21 avril 2022, au sein du ministère en charge de l’environnement.

Des messages destinés à interpeler les autorités sur la part des choses entre le corps de l’environnementaliste et celui paramilitaires de l’environnement, selon Paul Kibsa Lengane, membre de base du Syndicat National des Environnementalistes de l’État (SYNAEE), pour qu’ils soient pris en compte dans l’élaboration du nouvel organigramme du ministère.

« Un corps civile doit être logé dans une administration civile. Un corps paramilitaires doit êtres dirigé par des paramilitaires. Aucune loi ne dit que le civil doit être à la subordination des paramilitaires.

Comment on peut comprendre que tous ces corps (environnementalistes), pendant tout ce temps n’arrivent pas à occuper des postes de responsabilités parce qu’ils sont sous la tutelle des paramilitaires. Que ce soit des postes de directeur régionale, des postes de secrétaire ainsi de suite, rien», a-t-il indiqué.

De ses dires, il faille mettre des barrières entre ces deux corps pour le bon fonctionnement du ministère ou complètement les rallier. « Encadré par des lois, chaque domaine de compétence doit aller avec ses attributions bien définies, disposer de spécialistes habilités.

Il convient donc que chaque corps et familles du ministère soit représentés dans l’administration appropriée et soit représenté sur tous les échelons possibles. Nous sommes la seule famille d’emplois de la loi 081 à être sous la tutelle d’un corps paramilitaire, régi par une autre loi. Nous plaidons que les autorités concilient avec notre administration en nous enlevant ce handicap », a-t-il souhaité.

Au secrétaire général du SYNAEE, Abdoulaye Bazié, au-delà d’insister sur leur préjudice subi, d’ajouter que des démarches ont déjà été entreprises par les différents ministères concernés. A ce titre, il a espéré que cette fois-ci des mesures soient prises contrairement aux années antérieures.

« Madame le ministre, la restauration voulue par les nouvelles autorités doit commencer par mettre fin aux humiliations des civils, dans les différentes structures. Plusieurs mesures ont été annoncées depuis des années, mais rien n’est fait. Nous souhaitons être quasiment autonomes dans la gestion de notre personnel », a-t-il ajouté.

Abdoulaye Bazié

Il faut dire que le 20 avril 2022, une rencontre entre le ministère en charge de l’emploi et celui en charge de l’environnement s’est tenue à cet effet. Des doléances ont été soumises par le SYNAEE qui reste en attente d’une issue « favorable ».

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page