30ème session de l’AG-SE : L’urgence pour les Sociétés en déficit de trouver un plan de redressement

La 30ème session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’États (AG-SE), débutée le 23 juin 2022 a refermé ses portes ce vendredi 24 juin 2022, à Ouagadougou. A l’issue de ces 48h de concertation, des résolutions ont été prises dans le but d’améliorer le fonctionnement de ces sociétés d’État.

La suite après cette publicité

Ont pris part à ces échanges, les membres du gouvernement, les membres statutaires de l’assemblée, les directeurs généraux de ces entreprises publiques, l’ordre national des experts comptables et comptables agréés, des 22 entreprises publiques, etc. Ces acteurs ont, sur la base d’indicateur Techniques, apprécié la mission de ces services publics.

En fonction de ces indicateurs, sur les 22 sociétés, plusieurs ont été félicitées. Il s’est agi entre autres de la SONATUR, la SONABHY, la SONABEL, l’ONEA, la LONAB et cela pour les performances réalisées dans  l’accomplissement de leur devoir. Toutefois, ils ont également été invités à mettre des mécanismes en place en vue de l’amélioration de la performance de leur service.

Au titre des contre-performance, la SONAGESS a été citée. L’ACOMOD Burkina, la SOGEMAB et la SONATER ont, elles, figuré sur la liste des déficits et ont été exhortées à donner un plan de redressement dans un délai de 1 mois par le Premier ministre Albert Ouédraogo. 

A ce titre, il a appelé les responsables de ces entreprises à se les approprier soit en travaillant plus pour l’intérêt de la nation et non pour leurs propres intérêts. « Nos sociétés d’État présentent globalement, une structure financière équilibrée, ce qui atteste de leur capacité à financer leurs emplois stables avec des ressources longues », a-t-il dit.

Cependant a-t-il alerté « Nos entreprises publiques se caractérisent  par une faible maîtrise des charges d’exploitation, des difficultés de recouvrement des créances et un volume des investissements peu satisfaisants », avant déduire que : « il est plus qu’indispensable, de travailler à renforcer la capacité de résilience de nos sociétés face aux crises, à améliorer le recouvrement des créances et à augmenter le volume des investissements qui constituent un levier de croissance pour nos entreprises ».

Par ailleurs, Albert Ouédraogo a annoncé des actions issues des recommandations dont un suivi rapproché des sociétés d’État déficitaires sur la base d’un plan de redressement, des sanctions pour les sociétés d’État qui n’auraient pas mis en place avant la prochaine assemblée générale les outils de gestion de base, l’obligation de formulation d’indicateurs d’appréciation des missions de service public, la mise en place d’un système de notation des sociétés d’État, assorti de sanctions pour le Conseil d’Administration et la Direction Générale.

En rappel les vingt-deux (22) entreprises publiques dont trois (03) établissements publics de prévoyance sociale (EPPS) présentes ont réalisé un chiffre d’affaires de 1 642 milliards 970 millions  de F CFA en 2021. Aussi en matière de création d’emplois, les entreprises publiques ont-elles enregistré au total 9 953 agents en 2021 contre 8579 agents en 2020, soit une augmentation de 1 374 agents.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page