Le ministère de la santé veut fidéliser ses agents dans les zones à fort défi sécuritaire

Les membres du ministère en charge de la santé avec leur tête Robert Lucien Kargougou, leur ministre de tutelle, ont tenu leur première session du conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) au titre de l’année en cours ce vendredi 22 juillet 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Au terme de ce premier semestre de l’action ministérielle, le ministre Kargougou s’est félicité du bilan des résultats engrangés par son département nonobstant le contexte sécuritaire et sanitaire  difficile.

Selon Robert Lucien Kargougou, son département a su maintenir l’essentiel qui est de répondre de manière efficace à la double crise (sécuritaire et sanitaire) en maintenant les services essentiels de santé et de nutrition sur l’ensemble du territoire, bien entendu dans les zones à haut défi sécuritaire.

Robert Lucien Kargougou, ministre de la santé

Au cours du présent CASEM trois points majeurs seront occultés selon le ministre Kargougou qui a renseigné que le  premier point  entre en rapport avec l’organigramme de son département qui a reçu la bénédiction des membres du gouvernement très récemment en conseil des ministres.

Là-dessus, Lucien Kargougou a noté qu’il est nécessaire de passer très rapidement à l’implémentation de cet organigramme afin de renforcer le système de santé burkinabè pour qu’il soit cohérent et résilient.

« Le deuxième thème que nous allons aborder est en rapport avec notre façon de nous organiser au mieux pour répondre au défi sécuritaire. Pour faire en sorte que dans notre système de gestion des incidents, nous soyons plus efficaces et plus efficients pour faire en sorte que les services essentiels de santé et de nutrition continuent à être maintenus dans les zones à fort défi sécuritaire », a-t-il relayé.

Une vue des participants au CASEM

Le troisième et dernier point se rapporte au code de santé publique qui est en gestation pour se fier aux mots de Lucien Kargougou. Sur ce point, il a signifié que le code de santé publique que le Burkina Faso dispose actuellement est vieux de 28 ans.

Avec les différents changements que connaissent le pays, il devient nécessaire de travailler pour son rajeunissement et ensuite l’introduire en conseil des ministres pour qu’il soit enfin de compte présenté très prochainement aux membres de l’Assemblée législative de transition (ALT).

Le défi permanent pour Lucien Kargougou et son département aujourd’hui, c’est de fidéliser les agents de santé dans les zones à fort défi sécuritaire.

Ceci reste un aspect fondamental pour le gouvernement, à en croire le ministre en charge de la santé qui a d’ailleurs affirmé que sans agents de santé, tous les efforts entrepris seront vains pour leur mise en œuvre. Il a terminé son propos en les félicitant pour le grand sacrifice qu’ils accomplissent au quotidien et au péril de leur vie.

Willy SAGBE

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page