Burkina Faso: La population appelée à pratiquer le sport pour se préserver du cancer, du diabète…

Au nom du ministre en charge de la santé, Zakaria Yabré, directeur général de l’approvisionnement pharmaceutique a procédé à l’ouverture des travaux de l’atelier de validation du rapport de la deuxième enquête STEPS sur les facteurs de risque communs aux maladies non transmissibles ce mardi 26 juillet 2022 à Ouagadougou, la capitale du Pays des Hommes intègres.

La suite après cette publicité

Après une première entreprise en 2013, le Burkina Faso a mené une deuxième enquête STEPS dont les résultats sont en cours de validation. Une enquête STEPS pour emprunter les mots de Dr Zakaria Yabré est une évaluation des facteurs de risques liés aux habitudes alimentaires et qui contribuent à faire émerger certaines maladies notamment les pathologies cardio-vasculaires, le cancer, le diabète, etc.

Et cette enquête a pour but de ressortir une photographie de la santé de la population au cours d’une année donnée afin de déterminer un certain nombre d’indicateurs par rapport aux différents facteurs de risques évalués.

Dr Zakaria Yabré, directeur général de l’approvisionnement pharmaceutique

« La réalité au Burkina Faso c’est qu’on ne fait pas suffisamment le sport. Nous mangeons très mal, vous voyez de plus en plus le nombre de personnes obèses augmente et certaines maladies telles que le cancer, l’insuffisance rénale. Quand vous visitez nos hôpitaux, vous voyez que la prévalence de ces maladies-là augmente au fur et à mesure que nous avançons en âge.

C’est pour dire que qu’il y a encore beaucoup d’efforts qu’il faut faire. Je profite de cette occasion pour lancer un appel à la population, leur demander de se donner à la pratique du sport et d’avoir une alimentation saine. C’est à ce prix là que nous allons avoir une bonne santé physique », a-t-il conseillé.

Au même titre, Dr Zakaria Yabré a renseigné que les maladies non transmissibles tuent chaque année environ 41 millions de personnes soit 71% des décès dans le monde, selon l’OMS. Et d’ajouter que chaque année, 15 millions de personnes âgées de 30 à 69 ans meurent pour cause d’une maladie non transmissible dans le monde. Plus de 85% de ces décès prématurés surviennent dans les pays à revenus faibles et moyens, a-t-il mentionné.

Photo de famille des participants

Pour le cas du Burkina Faso, Zakaria Yabré a confié que les maladies non transmissibles ne font que se multiplier « mais environ 9 700 vies pourraient être sauvées d’ici 2025, si le pays met en œuvre les bonnes stratégies de prévention et de contrôle. Les principales maladies non transmissibles sont notamment le diabète, les maladies cardio-vasculaires, le cancer et les maladies respiratoires chroniques ».

Il a enfin énuméré quatre principaux facteurs de risque de ces maladies telles que le tabagisme, de l’inactivité physique, de l’usage nocif de l’alcool et de la mauvaise alimentation. 

Willy SAGBE

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page