Transport de marchandises : Le 2ème terminal à conteneurs d’Abidjan, connecté au chemin de fer, inauguré

Le vice-Président ivoirien, SEM Tiémoko Meyliet KONE, a procédé, le 2 décembre dernier, à l’inauguration du nouveau terminal à conteneurs du port d’Abidjan. Bâtie sur une superficie de 37,5 hectares, avec une capacité de réception de 1,5 million de conteneurs par an, cette nouvelle infrastructure est reliée au chemin de fer Abidjan–Ouagadougou via un embranchement particulier.

La suite après cette publicité

Une nouvelle connexion au réseau ferroviaire qui vient s’ajouter à plusieurs autres embranchements qui desservent déjà une vingtaine de plateformes logistiques et industries au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, contribuant ainsi au désenclavement et au développement industriel du pays des Hommes intègres, mais également du Mali et du Niger via le transport multimodal mer-rail-route.

Gros plan sur ces plateformes multimodales embranchées au réseau SITARAIL et qui contribuent conséquemment, par leur compétitivité, aux échanges commerciaux et à l’approvisionnement de nos pays.

Le Port autonome d’Abidjan (PAA)

D’une superficie globale de 4 349 467 m2, le PAA est le plus important en Afrique de l’Ouest et le 2ème port africain après celui de Durban (Afrique du Sud) et devant ceux de Lagos (Nigéria) et Dakar (Sénégal). Relié au réseau ferroviaire SITARAIL, le PAA a une capacité de traitement de près de 30 millions de tonnes de marchandises par an (28,3 millions de tonnes en 2021) et constitue le canal privilégié par lequel transite une bonne partie des importations et exportations du Burkina Faso et du Mali.

Ce 2ème Terminal à conteneneurs est bâti sur une superficie de 37,5 hectares

A travers cette connexion, SITARAIL contribue à décongestionner le port, contribuant ainsi à sa compétitivité et à ses performances, et constitue un poumon économique majeur pour les pays enclavés à travers leur connexion directe à la mer.

Deux terminaux à conteneurs : Abidjan Terminal (ATL) et Côte d’Ivoire Terminal (CIT-TC2)

Ces deux infrastructures, installées dans la zone portuaire d’Abidjan, ont une capacité de traitement annuel de 1,5 million de conteneurs chacune. Le CIT-TC2, qui vient d’être inauguré, est bâti sur une superficie de 37,5 hectares et se veut une infrastructure ultra-moderne, proche de la zéro émission carbone. Elle aura une capacité de traitement journalier de près de 4 000 conteneurs.

La plateforme rail-route de Ferkessédougou

Construite en 2001 par SITARAIL, la plateforme multimodale de Ferkessédougou s’étend sur une superficie de 15 300 m2 et a une capacité d’accueil de 300 conteneurs. Du fait de sa position géographique, elle joue un rôle important de collecte et de distribution. C’est là que s’effectuent les chargements de mangues à bord de conteneurs frigorifiques, de coton, d’anacarde et d’animaux vivants à destination d’Abidjan. D’autre part, des produits alimentaires (riz, sucre) et chimiques, destinés au Mali, transitent par Ferkessédougou qui achemine également, pour ce pays, le coton et les amandes de karité à l’export.

La gare routière internationale de Bobo Dioulasso                  

La gare routière internationale de Bobo Dioulasso est un terminal sous-douane agréé. D’une superficie de 19 000 m2, dont 15 000 m2 destinés à l’entreposage des conteneurs, SITARAIL y a construit un embranchement particulier d’une longueur de 178 ml de voie ferrée permettant la réception de 10 wagons à la fois, pour les opérations de chargement et de déchargement. L’intérêt du client pour cette plateforme est que ses marchandises lui parviennent dans les meilleures conditions d’acheminement ; de plus, cette plateforme dispose d’une importante surface de stockage et une diversité de modes de transport.  Elle est principalement utilisée pour les marchés du Sud et de l’Ouest du Burkina Faso ainsi que le Sud-est du Mali. Depuis sa mise en service, en janvier 2010, le nombre moyen de conteneurs manutentionnés est passé de moins de 700 à 2 000 par an.

La plateforme rail-route de Ouagadougou

La plateforme multimodale rail-route de Ouagadougou est desservie par un embranchement particulier de 250 mètres linéaires (ml). Exploitée depuis juin 1999 par la Société d’exploitation du terminal de Ouagadougou (SETO) appartenant au Groupe Bolloré, cette plateforme comprend un espace de stockage 9 000 m2 et 8 500 m2 de parking destiné à recevoir les camions. La superficie exploitable est donc 17 500 m2. De plus, 16 000 m2 sont réservés aux extensions futures de ce terminal sous-douane. 180 m2 de bureaux sont aménagés pour recevoir le personnel de la douane et celui de la gestion du terminal. Le fonctionnement de ce terminal évite à SITARAIL les longues attentes des conteneurs sur les wagons, d’où une meilleure rotation de ceux-ci et, par ailleurs, permettre le stockage des conteneurs sur des surfaces aménagées, d’où une amélioration de la qualité de service.

Le TC2 connecté au réseau SITARAIL va accroître le trafic conteneurisé, une solution logistique de plus en plus prisée par les acteurs de l’import-export et opérateurs économiques.

En somme, depuis son avènement, SITARAIL est devenue un maillon essentiel du développement économique du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et de l’hinterland, par son rôle dans la chaîne d’approvisionnement via l’interconnexion des plateformes logistiques multimodales mer-rail-route du Burkina Faso et de la Côte d’ivoire et son impact socioéconomique dans le développement de ces pays. En effet, l’embranchement du réseau SITARAIL à ces importantes infrastructures portuaires constitue une véritable opportunité pour les acteurs de l’import-export burkinabè de plus en plus intéressés par le transport conteneurisé dont SITARAIL assure près de la moitié du trafic burkinabè.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page