Blaise COMPAORE dévoile la suite de la médiation au Mali et souhaite un soutien conséquent de la communauté internationale aux efforts de la CEDEAO

Prenant la parole au Sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), jeudi 26 avril 2012 à Abidjan en République de Côte d’Ivoire, le Président du Faso, Blaise COMPAORE, Médiateur dans la crise malienne a fait à ses pairs, un rapport dans lequel il dévoile sa «feuille de route» quant à la suite de la médiation.
Les premiers actes de cette médiation qui ont commencé dès sa désignation ont reçu l’approbation des chefs d’Etat qui ont salué les efforts déjà déployés par le Président Blaise COMPAORE pour la résolution de cette crise.

La suite après cette publicité

Dans les jours à venir, Blaise COMPAORE entend engager un «dialogue inclusif» avec toutes les parties impliquées dans cette crise. C’est dans ce sens qu’il a fait savoir à ses pairs qu’il compte «entreprendre immédiatement après la mise en place du Gouvernement de transition des pourparlers avec les mouvements rebelles dans le but d’obtenir des parties belligérantes, l’arrêt des hostilités».

Le but de ces pourparlers est d’aboutir selon Blaise COMPAORE :
-au retrait des rebelles de toutes les zones occupées ;
-à la restauration de l’unité et de l’intégrité territoriale du Mali ;
-à la gestion de la crise humanitaire à travers la satisfaction des besoins élémentaires des populations résidentes, le respect des droits humains, le retour des personnes déplacées et des réfugiés.
Cependant, le Président Blaise COMPAORE reste convaincu que de nombreuses contraintes doivent être nécessairement surmontées en vue de l’atteinte de ces objectifs. Ces contraintes sont de trois ordres, a fait savoir le Médiateur:
– a multiplicité et la diversité des mouvements armés présents dans le nord du Mali ;
-la situation d’urgence humanitaire dans le nord du Mali et sur les sites de regroupement des refugiées dans les pays d’accueil ;
-les risques de développement et d’expansion des activités terroristes, avec des possibilités de débordement et de déstabilisation de l’ensemble de la région sahélo-saharienne.

C’est pourquoi, pour son règlement, il faudra « plus d’engagement des Etats membres de notre Organisation commune, de l’Union Africaine et de l’ensemble de la communauté internationale », a dit Blaise COMPAORE. Aussi, souhaite-t-il que «le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine continue à apporter un soutien conséquent aux efforts de la CEDEAO dans cette quête de la paix, de l’unité nationale, de l’intégrité du Mali et partant au sein de la sous région ouest africaine».

Direction de la Communication
de la Présidence du Faso

publicite


publicite

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page